Revenus : premiers bénéfices en trois ans pour la F1

Guillaume Navarro
motorsport.com

Le revenu global de la F1 est passé de 1827 millions de dollars en 2018 à 2022 millions de dollars l'année dernière. Après avoir enregistré des pertes de 37 millions de dollars en 2017 et de 68 millions de dollars en 2018, le groupe a réalisé en 2019 un bénéfice de 17 millions de dollars. Un signe intéressant pour tous les acteurs de la discipline, alors que se négocient les Accords Concorde de 2021 liant les équipes à la discipline.

En cumulé, les équipes avaient gagné 966 M$ en 2016, qui sont tombés à 919 M$ en 2017 puis à 913 M$ en 2018. En 2019, elles se sont partagé un pactole de 1012 M$. L'amélioration des performances de la F1 est due à l'augmentation des revenus de base provenant des droits de diffusion (+38%), du sponsoring (+15%) et des droits d'organisation des courses (+30%), bien que ce dernier élément ait en fait été moins performant en 2019.

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Motorsport.com

D'après Liberty Media, la raison pour laquelle son activité de promoteur de Grand Prix n'a pas été aussi bénéficiaire que l'an dernier est liée au fait que "les taux de change en vigueur" n'ont pas favorisé les affaires et que "le renouvellement de deux contrats" avec des circuits – sans les nommer – a été fait dans des conditions favorables à ces derniers au lieu de rechercher le profit absolu.

Lire aussi :

5 grands moments parmi les GP de France organisés au Paul Ricard

Liberty Media indique que ses revenus liés notamment aux médias numériques ont augmenté de manière notable. "Les autres revenus de la F1 ont augmenté au quatrième trimestre et sur l'ensemble de l'année 2019 grâce à la hausse des revenus des médias numériques, à l'augmentation de la fréquentation du Paddock Club, à l'augmentation des revenus provenant d'autres activités événementielles et à la hausse des ventes de merchandising." La vente de pièces détachées et l'exploitation des plateaux F2 et F3 apparaissent aussi comme une source de revenus pour le Formula One Group.

À lire aussi