Revue de presse : Haaland « superstar »

Erling Haaland (Simon Stacpoole/Presse Sports)

« Impitoyable », « inarrêtable », « impérieux », « triomphant », « superstar »...la presse européenne dithyrambique sur Erling Haaland au lendemain de son triplé face à MU.

Auteur d'un triplé et de deux passes décisives dimanche lors du derby de Manchester (remporté 6-3 par City), le « stratosphérique » Erling Haaland a une nouvelle fois subjugué la presse anglaise, mais pas seulement... « C'est devenu une banalité de dire qu'Haaland ressemble à un adulte jouant avec des enfants, écrit ce lundi The Guardian. Là, c'était comme un adulte jouant avec des enfants médiocres. »

lire aussi


Les tops-flops de Manchester City - Manchester United : Erling Haaland stratosphérique

Tout aussi admiratif, The Sun précise que « le Terminator a marqué 17 buts cette saison, dont 14 en Premier League. C'est plus que ce que 14 équipes ont réussi à faire ! », tandis que The Telegraph affirme que l' « impérieux » Norvégien, qui « défie le livre des records », est « la première superstar de la Gen Z dans le monde du football ». « Impitoyable » selon The Independent, Erling Haaland a également séduit le reste de l'Europe.

La jeunesse éclatante d'Haaland face au crépuscule de Ronaldo


Si Bild affirme que suite au triplé de son géant, Manchester City envisagerait déjà une prolongation trois mois seulement après sa signature, la Gazzetta dello Sport vante ce joueur qui a « le talent rare de pouvoir marquer des buts presque à chaque fois qu'il respire ». De son côté, Tuttosport souligne « l'impact monstrueux » d'Haaland sur le match, en publiant une photo de lui triomphant et radieux, face à celle d'un Ronaldo dépité sur son banc...

Une illustration rude et symbolique de la jeunesse resplendissante face au crépuscule annoncé du quintuple Ballon d'Or, reprise dans plusieurs médias, dont le site d'information américain Bleacher Report : sur son compte Twitter, B/R football publie en effet un dessin représentant la « machine » norvégienne faisant la même célébration de but que CR7, ce dernier l'applaudissant avec amertume.