Ricardo Gareca (sélectionneur du Pérou) : « Le moment qu'on voulait vivre »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Ricardo Gareca, le sélectionneur du Pérou. (E. Garnier/L'Equipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ricardo Gareca, sélectionneur argentin du Pérou, attend avec impatience d'affronter l'Australie en barrage intercontinental Asie-Amérique du Sud à la Coupe du monde 2022, ce lundi soir, au Qatar (21 heures).

« Comment gérez-vous la très grande attente de tous les Péruviens pour ce barrage décisif en vue de la qualification à la Coupe du monde ?
C'est le moment qu'on voulait vivre, celui que nous recherchions, après tout le travail accompli durant les qualifications. Ce match mérite un sacrifice car nous savons ce qu'il représente pour les gens. Vingt, trente mille Péruviens étaient venus nous supporter en Russie, il y a quatre ans. Ce fut extraordinaire et on va faire tout notre possible pour revivre un évènement aussi important qu'un Mondial. Avoir déjà pu en disputer un est un privilège que peu ont connu.

lire aussi

Jour férié au Pérou pour le barrage contre l'Australie

Quel souvenir conservez-vous de votre dernière confrontation contre l'Australie, à Sotchi, lors de la dernière Coupe du monde (2-0, le 21 juin 2018, lors du troisième et dernier match de la phase de groupes) ?
Il nous permet de bien connaître l'Australie. Beaucoup de joueurs ont joué ce match qui fut intense, en Russie. L'Australie est très forte. Ce sera difficile. C'est un rival que l'on respecte. On connaît ses caractéristiques : c'est une équipe bien préparée, qui sait ce qu'elle veut faire sur le terrain et qui attaque, souvent en nombre. L'Australie est également physiquement très forte et dotée de très bons joueurs sur le plan technique. Il nous faudra donc être prudents et le plus lucide possible.

« Ce groupe s'est formé depuis sept ans. De ce point de vue, on a acquis de l'expérience avant ce repêchage »

Le fait de devoir jouer sa qualification sur un seul match change-t-il la manière de se préparer ? Oui. Parce qu'il n'y aura pas d'autre chance derrière. Il nous faudra être attentif à tout ce qui peut se passer dans ce match et essayer d'en avoir le contrôle. On est une sélection convaincue de ses qualités et de ce que nous sommes capables de faire. Ce groupe s'est formé depuis sept ans. De ce point de vue, on a acquis de l'expérience avant ce repêchage. Comme l'Australie.

lire aussi

Toute l'actualité de la Coupe du monde

À combien estimez-vous votre pourcentage de qualification ?
L'Australie a autant de chance de se qualifier que le Pérou. »

Gallese : « Un match à la vie, à la mort »

Pedro Gallese (gardien et capitaine du Pérou) : « Pour nous tous, il s'agira du match le plus important de notre vie. Un match à la vie, à la mort. On sait son importance pour tous les Péruviens. Il faudra être bien concentré. Si on regarde quatre ans en arrière, depuis notre dernière Coupe du monde, on a disputé beaucoup de matches, on s'est énormément entraînés pour arriver jusqu'à ce barrage. Après tous les sacrifices consentis, on ne va pas le laisser passer. On est tranquilles car on croit à la qualification. Tout au long de ces qualifications, le Pérou a montré qu'il était fort dans sa tête et on veut donner du bonheur à tout notre pays. » B. Li.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles