Richard Gasquet éliminé par Casper Ruud au deuxième tour du Rolex Paris Masters

Richard Gasquet est rentré trop tard dans le match. (A. Réau/L'Équipe)

Balayé dans le premier set, Richard Gasquet a été plus solide dans le deuxième, mais cela n'a pas suffi face à Casper Ruud (6-1, 7-6 [7]). Le Français s'arrête au deuxième tour du Rolex Paris Masters.

Avec une seule victoire sur le circuit ATP en trois tournois depuis sa finale à l'US Open, Casper Ruud avait des airs de belle endormie. Pas de chance pour Richard Gasquet, c'est face à lui que le n°4 mondial s'est réveillé. Après une victoire sur Alex Molcan au premier tour, Gasquet n'avait pas tari d'éloge sur son adversaire du jour, rappelant qu'il était « double finaliste en Grand Chelem et qu'on savait qu'il monterait très haut ». De fait, il a évolué à un niveau où le Français n'a pas trouvé d'oxygène.


lire aussi

Le tableau du Rolex Paris Masters

Si le premier jeu a montré une grosse qualité de frappe dans l'échange des deux côtés du filet, la suite a été un cauchemar pour le Biterrois. Pris en vitesse dans tous les domaines, incapable de retourner efficacement le service adverse, Gasquet a été pris dans une tornade sans trouver aucune prise au sol. À 4-0 double break, le public avait bien du mal à s'enflammer pour supporter son chouchou. Il s'est heureusement réveillé en fin de set, à l'image d'un Gasquet un peu moins résigné.


Un vrai combat au deuxième set

C'était d'ailleurs lui qui obtenait trois balles de break très rapidement. Ruud les écartait grâce à deux services impeccables et une grosse solidité en rallye. Mais le vent de la révolte soufflait chez Gasquet que l'on voyait s'encourager rageusement au changement de côté. Ruud était moins clinique dans son tennis et Gasquet en profitait pour, à son tour, le bousculer. Et faire enfin le break (5-3). Mais Ruud débreakait blanc immédiatement et les deux hommes en passaient par un jeu décisif. Gasquet s'y détachait 4-1 mais ne parvenait pas à empêcher Ruud de revenir à hauteur et de le dépasser au finish.


lire aussi

Gasquet : « L'ambiance ? On s'entraîne pour ça »