Richard Gasquet remporte à Auckland le 16e titre de sa carrière

Richard Gasquet conserve une envie de junior sur le circuit et devient le nouveau n°1 français. (Pascal Muller/FRESHFOCUS/PRESSE SPORTS/Presse Sports)

Mené un set à zéro, puis 4-1 dans la troisième manche, Richard Gasquet s'est imposé 4-6, 6-4, 6-4 face à Cameron Norrie, 12e mondial, en finale du tournoi d'Auckland. A 36 ans, il remporte le seizième titre de sa carrière et redeviendra lundi n°1 français au classement ATP, en occupant la 42e place.

Inusable, Richard Gasquet ! Alors qu'il a passé en décembre dernier la barre symbolique des 900 semaines consécutives dans le top 100 mondial, le Biterrois vient de remporter à 36 ans le seizième titre de sa carrière à Auckland. Cette victoire fait de lui le plus vieux Français vainqueur d'un tournoi ATP et le plus ancien à occuper la première place du clan tricolore au classement mondial puisqu'il sera lundi 42e, un leadership qu'il n'avait plus retrouvé depuis le 10 juillet 2016.

lire aussi : Le tableau de l'Open d'Auckland

En finale du tournoi néozélandais, Gasquet affrontait Cameron Norrie (12e) et on ne donnait pas cher de la peau de l'actuel 67e mondial lorsque le Britannique se détacha rapidement 3-0, puis 4-1 dans la dernière manche. Mais c'était mal connaître les ressources du Français, qui avait déjà égalisé à un set partout dans une gestion habile et expérimentée de ses capacités physiques.

Malmené, Gasquet ne lâche rien

Entre montées au filet soigneusement dosées et prises de balles précoces pour abréger les échanges, il sut à chaque fois revenir au score en faisant déjouer un adversaire pas toujours inspiré lorsqu'il faisait la course en tête, comme tétanisé par l'enjeu intime de remporter un titre dans sa ville natale et un stade où il venait gamin admirer les meilleurs mondiaux en rêvant de suivre leurs traces.

Invaincu cette année avant la finale, Norrie comptait 6 victoires, dont la moitié en United Cup où il avait dominé Rafael Nadal, en trois sets, et Taylor Fritz, deux éminents pensionnaires du top 10 où il avait fait irruption en avril dernier avant d'occuper son meilleur classement (8e) en septembre. Réputé pour sa résistance physique, il n'imaginait sans doute pas Gasquet, de 9 ans son aîné, faire jeu égal avec lui dans ce domaine.

Sans jamais baisser les bras, ni céder à la fatigue, le vétéran qui avait coiffé sa casquette à la retourne, comme dans ses jeunes années, écarta une balle de 5-3 d'un service-gagnant challengé à tort par son adversaire et se paya même le luxe de remporter les plus longs rallyes en fin de match, à l'image de sa balle de break à 4-4, conclue d'une merveille de coup droit gagnant croisé.

En jambes pour l'Open d'Australie

Au moment de boucler l'affaire, alors que la pluie allait s'inviter au point d'inonder la remise des prix, Gasquet fit preuve de la même autorité de briscard, en venant poser une volée haute de coup droit après 2h26 d'efforts héroïques. Ugo Humbert, son prochain adversaire au 1er tour de l'Open d'Australie, a du souci à se faire, lui qui s'était déjà incliné face à son aîné l'an dernier à Melbourne puis à Montpellier. Seule note d'espoir pour le gaucher messin, la dernière fois que Gasquet a remporté un titre à la veille d'un Grand Chelem, c'était à Nice en 2010 et l'enchaînement avec Roland-Garros s'était soldé par une défaite d'entrée, sur les rotules, mais face à un certain Andy Murray.

Lire sur L'Équipe.fr

VIDÉO - Auckland - Gasquet : "Un tennis parfait"