Richardson, Wlodarczyk, Echevarria : de nombreux absents pour les Mondiaux d'Eugene

Sha'Carri Richardson, Anita Wlodarczyk ou encore Juan Miguel Echevarria ne participeront pas aux Mondiaux d'Eugene qui débutent vendredi. La liste des athlètes de premier rang absents du rendez-vous de la saison s'est allongée ces dernières semaines.

Dans presque toutes les épreuves ou presque, il manquera au moins un grand nom dans l'Oregon, pour diverses raisons : blessures, changement de nationalité, méforme persistante, échec aux sélections nationales ou suspension pour dopage. Le cas des athlètes russes et biélorusses est à part, puisque leur absence est due au conflit en Ukraine.

Côté américain, la sprinteuse Sha'Carri Richardson n'a pas réussi à passer le cut lors des récents Trials, sur 100 m comme 200 m. Même constat sur le demi-tour de piste pour Gabby Thomas, en bronze à Tokyo. Le perchiste Sam Kendricks, tenant du titre, souffre encore de son genou opéré début mai alors que la lanceuse de marteau DeAnna Price a été trop perturbée par le Covid pour s'aligner.

Dans cette discipline, la superstar polonaise Anita Wlodarczyk est aussi forfait, blessée aux ischio-jambiers après avoir empêché un voleur de repartir avec sa voiture ! On ne verra pas davantage Alexandra Tavernier, s'estimant pas assez compétitive. À la hauteur, les Russes Ilya Ivanyuk et Mariya Lasistkene seront donc absents, tout comme la perchiste Anzhelika Sidorova.

Le cas complexe du Cubain Echevarria

Sur 200 m, la vice-championne olympique namibienne Christine Mboma (ischio-jambiers) est out, tout comme l'Allemand Johannes Vetter au javelot (épaule) ou le champion olympique bahaméen du 400 m Steven Gardiner (tendon d'Achille). Citons aussi le cas complexe du Cubain Juan Miguel Echevarria (longueur), qui aurait abandonné l'athlétisme pour se consacrer à... la musique, sur fond de possible tentation d'exil. Son compatriote Jordan Diaz est lui devenu espagnol de nationalité sportive, mais doit encore patienter pour représenter ses nouvelles couleurs en compétition.

Sur 5 000 m, la Burundaise Francine Niyonsaba a dû renoncer, après une fracture de fatigue. La championne olympique du marathon, la Kenyane Peres Jepchirchir, souffre, elle, d'une hanche. Suspendue jusqu'en février 2023 pour manquements à ses obligations de localisation, la Bahreïnie Salwa Eid Naser ne pourra défendre son titre sur 400 m. Et le Botswanais Nijel Amos, vice-champion olympique 2012 du 800 m, vient de se voir notifier à Eugene une suspension provisoire après son contrôle positif à un modulateur métabolique interdit.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles