Rivère : "Attaquer la saison 2020/2021 en février"

Goal.com

Les dirigeants du football français sont en train de se casser la tête pour voir quelle est la meilleure solution pour pouvoir terminer le championnat en cours sans trop créer de déséquilibres. Alors que Jean-Michel Aulas a plaidé en faveur de l’annulation de l’exercice, Jean-Pierre Rivère est d’avis pour tout décaler.

La DNCG et la LFP rassurent les clubs face à la crise financière

Dans un entretien à L’Equipe, l’homme fort de l’OGC Nice a indiqué que cela aurait du sens de boucler la campagne en cours en automne prochain et démarrer la suivante en février 2022. « Ma solution est très complexe à mettre en œuvre. Ce n'est pas la meilleure mais ce doit être une alternative si la pandémie se prolonge, a-t-il commencé par annoncer. Bien sûr qu'on souhaite tous finir la saison le plus vite possible, mais si on ne peut pas ? Au-delà de l'année en cours, essayons de donner une cohérence aux trois saisons à venir. En 2022, la Coupe du monde au Qatar se déroule du 21 novembre au 18 décembre. Mon idée a pour objectif de s'adapter à cette compétition décalée, et à l'inconnu d'aujourd'hui. Nous pouvons prendre tout notre temps pour finir la saison actuelle en octobre ou novembre, et on démarre la saison prochaine en février. On peut intégrer l'Euro en juin et nous finissons fin octobre. En 2022, on fait une petite trêve en août et le même déroulement avec la Coupe du monde dans la foulée. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

« C’est ennuyeux de jouer dix matches à huis clos »

Si cette idée est appliquée, le football international est parti pour faire disputer ses compétitions sur l’année civiles pendant plusieurs années. Ce n’est pas commode, mais Rivère souligne que « ce calendrier permet de donner du temps pour se remettre à l'endroit sanitairement, économiquement. C'est une idée extrême mais qui a du sens. Elle permet d'éviter les matches en janvier, là où on joue le plus actuellement alors que les pelouses sont les plus dégradées. Imaginez un foot où on puisse jouer tout le mois de mai, de juin, de juillet... »

Enfin, Rivère reste ouvert tout pour ce qui est des solutions proposées, même s’il avoue qu’il aimerait éviter de disputer les rencontres à huis clos. « Je m'adapterai à la position générale. On peut le faire, mais c'est très répétitif et ennuyeux de jouer dix matches à huis clos, et c'est l'après qui me préoccupe. Si on finit nos matches rapidement, on va toucher nos droits télé, mais est-ce raisonnable ? Le mercato va être compliqué, peut-être atone. On va attaquer la saison suivante très vite, alors que la priorité de nos partenaires, de nos supporters, sera de retrouver du souffle dans leur entreprise. Je pense qu'on va aussi avoir des difficultés dans ce schéma », a conclu le président du Gym.

 

À lire aussi