Robert Herbin : la flamme verte s'est éteinte

SO FOOT
So Foot

Robert Herbin est parti au printemps, saison de la renaissance. Dans le désert du football français des années 1970, les clubs tricolores mourraient tôt en coupes d'Europe. À l'automne. Et puis Saint-Étienne a passé l'hiver, nous donnait rendez-vous au printemps des quarts de finale, des demi-finales et de la finale (1976). Le football français revivait au temps de la floraison, de l'air léger, de la jeunesse éternelle de Rocheteau, Bathenay, Janvion. L'étincelle de vie, la flamme de la Résistance, l'appel de l'espérance, c'était d'abord ça, le Sainté de Robert Herbin.

La République bleu-blanc-vert


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Une république bleu-blanc-vert qui sonnait l'heure du réveil d'un foot français qui n'existait tout simplement plus. De Lorraine apparut à la même époque, en 1976, Michel Platini. Et l'alliance de Saint-Michel et Saint-Étienne revitaliserait l'équipe de France pour toujours. Le mardi 24…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com


À lire aussi