Roland-Garros (F) - Naomi Osaka écope d'une amende de 15 000 dollars pour ne pas s'être présentée devant les médias à Roland-Garros

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Victorieuse ce dimanche matin de Patricia Maria Tig (6-4, 7-6 [4]) au premier tour de Roland-Garros, Naomi Osaka a maintenu sa décision de boycotter la presse et ne s'est pas présentée devant les médias. La Japonaise a écopé d'une amende de 15 000 dollars (12 300 euros). Naomi Osaka s'est vu infliger une amende de 15 000 dollars, soit environ 12 300 euros, pour ne pas avoir honoré ses obligations médiatiques contractuelles, ce dimanche, après sa victoire contre la Roumaine Patricia Maria Tig (6-4, 7-6) au premier tour de Roland-Garros. La Japonaise avait annoncé mercredi qu'elle avait décidé de boycotter la presse cette année à Paris, afin de préserver sa santé mentale.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À la fin du match, Naomi Osaka a parlé sur le court mais ne s'est pas présentée devant les médias. Les conférences de presse étant obligatoires pour les joueurs, l'organisation de Roland-Garros a infligé à la numéro 2 mondiale une amende de 15 000 dollars soit environ 12 300 euros. Risque d'exclusion en cas de récidive Dans son communiqué, l'organisation Grand Chelem, qui communique au nom des quatre Tournois Majeurs, a annoncé que des sanctions plus sévères pourraient être prises en cas de récidive : « Nous avons informé Naomi Osaka que si elle continuait à ignorer ses obligations médiatiques pendant le tournoi, elle s'exposerait à d'autres conséquences possibles d'infractions au Code de conduite. Comme on peut s'y attendre, les infractions répétées entraînent des sanctions plus sévères, y compris l'exclusion du tournoi et le déclenchement d'une enquête pour infraction majeure qui pourrait conduire à des amendes plus importantes et à de futures suspensions en Grand Chelem. » lire aussi La décision de Naomi Osaka de boycotter les médias n'est pas bien comprise par ses collègues