Roland-Garros (F) - Pour Sloane Stephens, la situation de certains joueurs et joueuses face à la pandémie de Covid-19 est « inacceptable »

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Qualifiée pour les huitièmes de finale samedi, Sloane Stephens a tenu à évoquer la situation de certains joueurs et joueuses face à la pandémie de Covid-19. « Vous voilà de nouveau en huitièmes de finale. Est-ce que cela ravive des souvenirs de l'édition 2018 où vous avez atteint la finale ? 2018 était une grande année. Mais même avant, la première fois que j'ai percé, c'était ici. C'est la raison pour laquelle c'est mon tournoi favori de l'année. C'est toujours important pour moi de revenir ici. Il y a eu 2018, oui, mais j'ai toujours eu de bons résultats d'année en année. Donc ça rappelle toujours de bons souvenirs. Mais depuis Charleston, j'ai réussi à trouver mon tennis. Je n'ai pas toujours eu les résultats les plus fantastiques, mais petit à petit j'ai réussi à obtenir le niveau que je visais. lire aussi Sloane Stephens retrouve les huitièmes à Roland-Garros Vous évoquez souvent la santé mentale. Le sujet semble très important pour vous. Oui, la santé mentale est très importante, mais aussi les émotions. On a traversé une pandémie. La vie a été difficile et tout le monde a rencontré des difficultés. Je pense qu'il est très important de pouvoir parler à quelqu'un de nos ressentis, de ce que l'on traverse, parce que ce n'est pas facile de prétendre que tout va bien quand ce n'est pas le cas. Beaucoup de joueurs ont souffert en silence. Ce n'est pas juste. Ce n'est pas acceptable. Nous devons avoir autant de soutien que possible. Nous vivons dans un monde où il y a internet et des personnes qui te disent « tu agis comme une enfant, de manière puérile » et ça rentre dans votre esprit, ça le parasite. Avec les autres filles, nous sommes des adversaires, mais aussi des collègues. Il est important de se soutenir les unes les autres parce que nous nous voyons tout le temps, semaine après semaine, afin de pouvoir affronter cette vie en dents de scie. Parce que c'est ça le tennis. » lire aussi Le tableau de Roland-Garros