Roland-Garros (H) - Andy Murray comprend le forfait de Roger Federer à Roland-Garros

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après l'annonce du forfait de Roger Federer à Roland-Garros, dimanche, après ses trois premiers matches, Andy Murray a déclaré comprendre la décision du joueur suisse. Andy Murray a déclaré dimanche soir que Roger Federer avait pris une « décision raisonnable », après avoir annoncé son forfait pour la suite de Roland-Garros. Le joueur suisse venait de se qualifier pour les huitièmes de finale, après avoir battu l'Allemand Dominik Koepfer en quatre sets. Mais il a choisi de se préserver en vue du tournoi de Wimbledon, qui débutera à la fin du mois de juin, après avoir subi deux opérations à un genou. Andy Murray « Logique d'être réactif, en fonction des sensations de votre corps » Murray s'est exprimé sur Twitter, en réponse à un commentaire d'un internaute qui jugeait le choix de Federer « irrespectueux » envers les autres joueurs et reprochait au Suisse d'avoir « utilisé » Roland-Garros. « Au basket, au foot, quand ils reviennent de blessure, les joueurs disposent d'un temps de jeu réduit pour améliorer leur condition physique, a déclaré Andy Murray. Au tennis, vous n'avez pas le luxe de simplement jouer un set lors du premier match, puis deux lors du suivant, etc... ». lire aussi Pourquoi Roger Federer a-t-il décidé de déclarer forfait ? Evert approuve, P. McEnroe moins « Je dirais qu'il est assez risqué de jouer plusieurs matches d'affilée qui durent quatre heures, lors de vos deux (premiers) tournois en 18 mois, a ajouté Murray. Donc, pour moi, il est logique d'être réactif, en fonction des sensations de votre corps, de la durée des matches. » La décision de Roger Federer a suscité des réactions mitigées. L'Américaine Chris Evert, septuple vainqueur de Roland-Garros entre 1974 et 1986, a affirmé que le Suisse avait mérité le droit de se retirer. Patrick McEnroe, l'ancien capitaine de l'équipe américaine de Coupe Davis, a, lui, déclaré qu'il comprenait le choix de Federer, mais que ce n'était pas une belle décision.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

lire aussi Toute l'actualité de Roland-Garros

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles