Roland-Garros (H) - Dominic Thiem avant son entrée en lice à Roland-Garros : « Vu comment j'ai joué ces dernières semaines... »

·2 min de lecture

Le numéro 4 mondial Dominic Thiem, double finaliste à Roland-Garros (2018 et 2019), n'aborde pas le Grand Chelem parisien dans les meilleures dispositions cette année après un début de saison sur terre très délicat. « Vous êtes dans la partie basse du tableau, où ne sont pas Djokovic, Nadal et Federer. Cela vous donne-t-il plus de confiance pour aller loin dans le tournoi ?
Pas vraiment. Peut-être qu'il y a deux, trois ans, j'en aurais été satisfait. Mais là, vu comment j'arrive sur ce tournoi, comment j'ai joué ces dernières semaines, je ne peux me concentrer que sur les premiers tours. Je ne dois pas penser à qui se trouve dans mon quart de tableau, ni même ma moitié de tableau. Pour moi, ça n'a pas vraiment d'importance. Je me concentre sur mon premier tour. lire aussi Roland-Garros : un haut de tableau en or « C'est sûr que, pour moi qui ai parfois tendance à commencer un peu doucement mes matches, c'est mieux d'avoir trois sets plutôt que deux. » Vous avez moins joué sur terre que les années précédentes mais pensez-vous qu'un tournoi au meilleur des cinq sets, particulièrement sur terre, puisse vous permettre de retrouver vos meilleures sensations ?
C'est mon espoir, oui. Pour avoir une chance de traverser le tableau, je vais sans aucun doute devoir mieux jouer qu'à Lyon la semaine dernière (élimination dès son entrée en lice). Je m'entraîne et je travaille dur pour me donner une chance de bien jouer. J'espère pouvoir le faire en match. C'est sûr que, pour moi qui ai parfois tendance à commencer un peu doucement mes matches, c'est mieux d'avoir trois sets plutôt que deux. Naomi Osaka a mis sur la table le sujet de la santé mentale dans le tennis. Vous avez justement pris une pause en début de saison après être « tombé dans un trou ». Cela vous a-t-il aidé ?
Notre sport est difficile avec tous les voyages. On joue onze mois par an. Avec la Formule 1, c'est probablement le sport qui a les plus longues saisons. Mentalement, c'est très exigeant. On peut avoir des problèmes physiques, donc on peut avoir des problèmes mentaux, non ? Parfois, il faut du temps pour récupérer physiquement d'une blessure. C'est pareil pour le mental. C'est normal de prendre du temps pour se reposer parfois. C'est ce que j'ai fait avant de revenir à Madrid. » lire aussi Thiem : « Si tu n'as pas envie de jouer, prends des vacances »