Roland-Garros (H) - Gilles Simon « déçu, pas frustré » après sa défaite au 1er tour de Roland-Garros face à Marton Fucsovics

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Gilles Simon était soulagé d'avoir pu pousser dans ses retranchements un Marton Fucsovics qu'il a trouvé excellent, ce dimanche au 1er tour de Roland-Garros (6-4, 6-1, 7-6). Il y a longtemps que le Français ne s'était pas senti aussi bien sur un court. « Comment sortez-vous de ce match (défaite en trois sets face à Marton Fucsovics) ?
Avec un sentiment mitigé. Mon adversaire a vraiment très bien joué. J'ai rarement vu un début de match pareil, à part chez les tout meilleurs. Sur les quatre premiers jeux, il a un niveau de jeu incroyable, comme s'il avait toutes les zones en tête. J'ai avancé dans ce match tranquillement, même si le score était sévère, trop selon moi par rapport à ce qui se passait sur le court. J'ai essayé d'être courageux jusqu'au bout, mais il a bien tenu. Il a été là du début à la fin, malgré les crampes. « Je sors en ayant l'impression d'avoir fait de belles choses » Après une période difficile, vous êtes-vous rassuré ?
Ça faisait très, très, très, très longtemps que je ne m'étais pas senti aussi bien sur le terrain, avec de très belles séquences. C'est pour ça que je suis déçu, pas frustré. Ça vous donne du peps pour repartir ?
Ce genre de bon match, c'est la raison pour laquelle je joue. Mais la tristesse des matches précédents ne s'efface pas. Et ma défaite à Parme, c'était ce qu'il peut y avoir de plus triste (6-0, 6-4 contre l'Espagnol Martinez). Je sors en ayant l'impression d'avoir fait de belles choses, d'avoir contré, attaqué... Tu te dis que tu as joué au tennis. Oui, c'est dur, ce n'est pas comme avant. Mais j'ai joué un mec très affûté et il a crampé avant moi... Je me dis donc : "Là, ça va !" Quand ça se passe bien, ça peut revenir, même dans un tournoi du Grand Chelem où on peut être tendu. » Simon au soutien de Monfils Gilles Simon, qui connaît très bien Gaël Monfils (opposé mardi à l'Espagnol Albert Ramos au 1er tour), espère que son ami va vite retrouver l'équilibre dans un jeu qu'il essaie de modifier : « L'envie chez Gaël, elle est là, a déclaré le Niçois. Il essaie des choses, il prend un chemin différent, pas facile, et les résultats ne sont pas là. Ce n'est pas simple. Ses orientations de jeu sont différentes, il a du mal à trouver son équilibre. J'espère qu'il va le trouver très vite. Il est peut-être un peu trop radical. Même quand ça va bien, c'est le bordel dans sa tête (sourires). Ce n'est pas forcément un mauvais signe... »