Roland-Garros (H) - Jo-Wilfried Tsonga : « Roland-Garros m'a boosté »

·4 min de lecture

Jo-Wilfried Tsonga, limité dans sa préparation, a lutté avec courage contre Yoshihito Nishioka ce lundi, qu'il a failli pousser au cinquième set (6-4, 6-2, 3-6, 7-6 [5]). L'effet Roland. « Comment sortez-vous de ce match ?
Déçu d'avoir perdu. J'aurais aimé le pousser dans un cinquième set et aller voir ce qui se passe là-bas. Mais je suis aussi satisfait. C'est la première fois depuis longtemps que j'arrive à développer un jeu qui se rapproche un peu plus de ce que je suis capable de faire. Ça reste néanmoins une défaite à Roland-Garros et c'est toujours un crève-coeur de sortir de là dès le premier tour. Je n'ai pas souvenir d'avoir perdu sur le Lenglen. Après toutes ces galères-là, ç'aurait été bien d'être un peu récompensé. J'essaie de continuer, de bosser et j'espère qu'à un moment donné les choses vont me sourire un peu plus et que je vais réussir à retrouver un peu plus de capacités physiques. lire aussi Jo-Wilfried Tsonga cède au premier tour de Roland-Garros face à Yoshihito Nishioka Avez-vous pu profiter de l'ambiance malgré la jauge réduite et y a-t-il eu de la frustration à voir les gens partir à deux sets à rien ?
C'était assez émouvant. Quand je suis rentré sur le court ça faisait longtemps que je n'avais pas vu de public. Et ils étaient à fond, même si le score était en ma défaveur ! Ils ne m'ont pas lâché, ils ont chanté la Marseillaise, ils ont scandé mon nom. C'était touchant. Ça m'a donné des petits frissons et je ne pouvais pas m'empêcher de leur sourire. Je suis content d'avoir pu regoûter à ça. Après, c'est vrai que la situation est cocasse, quand tout le monde doit partir en plein milieu et que personne n'a envie de le faire. Ils étaient tous là : ''Fais quelque chose, Jo !'' Mais je ne peux rien faire... C'est triste. On s'est retrouvé à un moment donné sans un bruit. On entendait les ailes des pigeons qui passaient. « Clairement Roland-Garros, ça m'a boosté. Sur moi, ça a toujours eu un effet magique » Est-ce que c'est l'effet Roland-Garros qui vous a boosté et attendez-vous le gazon avec impatience ?
Avec ma condition d'aujourd'hui, il y a en effet plus de chance que je sois plus à l'aise sur gazon. Mais clairement Roland-Garros, ça m'a boosté. Sur moi, ça a toujours eu un effet magique. On m'a toujours parlé des Français qui n'étaient pas bons à Roland, qui avaient la pression, qui n'avaient pas le mental... Moi, je n'ai jamais été bon sur terre battue, et la seule chose qui m'a fait faire des résultats incroyables, c'est ce public. Ici j'ai toujours bien joué, avec des deuxièmes semaines pour les trois-quarts de mes participations. À chaque fois que je viens ici, il se passe quelque chose d'un peu magique. lire aussi Le film du match Ce n'était pas votre dernier Roland ?
Je ne peux rien assurer du tout. Le truc qui est sûr, c'est que si je gagne pas beaucoup de matches, je vais être assez loin au classement. Il y a l'envie, et la réalité des choses. Il sera temps de prendre des décisions si je ne rentre plus dans ce genre de tournois. Forcer un peu, ou tranquillement passer le flambeau. Quel est votre avis sur la situation actuelle du tennis français ? Ça ne va pas très fort en ce moment...
Il y a des choses à faire. Il faut réunir les gens qui s'y connaissent, les gens qui ont envie de faire avancer les choses, qui sont prêts à donner à nos jeunes, du temps, de l'énergie, de l'expérience. Il y a peu de pays qui peuvent se vanter d'être devant nous. On n'est pas les derniers. Il faut faire grandir nos jeunes champions, les faire évoluer et de façon positive. L'objectif c'est de les pousser en haut et justement pas de faire comme avec nous, où on avait l'impression d'être tirés vers le bas. Il faut les aider à être positif, à croire en eux, pour pouvoir travailler sainement. Il ne faut surtout pas avoir de freins ou un élastique dans le dos qui vous ralentit en permanence. Moi, j'ai envie de transmettre, de ne pas tout garder pour moi. J'ai surtout envie de bienveillance. Je suis fatigué des petites histoires, des petites guéguerres, à celui qui aura le plus de pouvoir. Ça me fatigue au plus haut point. Plus il y aura de bienveillance, plus on aura de champion. » lire aussi Le tableau (H)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles