Roland-Garros (H) - Stefanos Tsitsipas « ému d'être parvenu jusqu'ici » après sa qualification en finale de Roland-Garros

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Qualifié pour sa première finale en Grand Chelem, Stefanos Tsitsipas est revenu sur son émotion après sa victoire en cinq sets sur Alexander Zverev ce vendredi. « Pouvez-vous nous parler des émotions que vous avez ressenties après votre victoire (face à Alexander Zverev en demi-finales de Roland-Garros) ?
Je pensais au passé. Roland-Garros est un tournoi que je regarde depuis que je suis petit, c'était le tournoi préféré de l'entraîneur avec lequel j'ai grandi. C'est un tournoi que nous avons toujours suivi. J'étais ému d'être parvenu jusqu'ici. J'étais ému pour lui. Il est à Athènes, et je crois bien qu'il est fier de moi. C'est la première étape. Je n'ai pas encore fini. « Je n'avais pas envie d'abandonner Vous avez été dans une situation critique au début du cinquième set, avec trois balles de break à sauver. Comment avez-vous redressé cette situation ?
Je suis quelqu'un qui se bat, je n'avais pas envie d'abandonner. J'ai fait quelques bons choix et ça a tourné en ma faveur. J'étais encore vivant, je pouvais toujours revenir dans ce match. Ce premier jeu était une bouffée d'air frais. J'ai senti que c'était le moment de faire tourner le match à mon avantage. lire aussi Tableau masculin de Roland-Garros Vous ne savez pas encore si vous jouerez votre finale contre Rafael Nadal ou Novak Djokovic. Comment décririez-vous ce défi ?
Face à l'un ou l'autre, il faudra répondre présent physiquement, faire attention aux petits détails, être concentré à 100 %. Que ce soit l'un ou l'autre, cela ne fait pas une grande différence, il faudra la même intensité et le même niveau de tennis. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles