Roland-Garros - Nelson Monfort absent du court central de Roland-Garros, loin d'être une nouveauté

L'Equipe.fr
L’Equipe
Mercredi, Marion Bartoli a déclaré sur RTL que Nelson Monfort, l'intervieweur de France Télévisions, n'avait pas l'autorisation d'aller sur le court central... Une décision prise en fait il y a déjà plusieurs années.

Roland-Garros - Nelson Monfort absent du court central de Roland-Garros, loin d'être une nouveauté

Mercredi, Marion Bartoli a déclaré sur RTL que Nelson Monfort, l'intervieweur de France Télévisions, n'avait pas l'autorisation d'aller sur le court central... Une décision prise en fait il y a déjà plusieurs années.

Mercredi, Marion Bartoli a déclaré sur RTL que Nelson Monfort, l'intervieweur de France Télévisions, n'avait pas l'autorisation d'aller sur le court central... Une décision prise en fait il y a déjà plusieurs années. Invitée de RTL mercredi, Marion Bartoli, consultante pour Eurosport pendant Roland-Garros, a glissé que Nelson Monfort n'avait plus l'autorisation de fouler la terre battue du court Philippe-Chatrier : « Nelson n'a plus le droit d'aller sur les terrains. Ils ont préféré prendre d'anciens joueurs, joueuses, pour faire les interviews d'autres joueurs et joueuses parce qu'on a vécu les mêmes choses ». Cette décision, apparue comme une nouveauté pour certains, date en réalité d'il y a quelques années déjà. « Lorsque je rentrais sur le court, 15 000 personnes criaient mon nom, je comprends que cela ait pu gêner l'organisation » - Nelson Monfort « Cela s'est fait progressivement, je dirais il y a sept ou huit ans, explique Nelson Monfort. Je trouve tout à fait légitime que ce soient d'anciens joueurs qui s'en chargent, surtout que mes interviews n'étaient pas sonorisées, cela créait une forme de frustration. Lorsque je rentrais sur le court, 15 000 personnes criaient mon nom, je comprends que cela ait pu gêner l'organisation. » Néanmoins, Nelson Monfort attend toujours les joueurs et les joueuses à la sortie du court ou dans le studio... Ce sera encore le cas pour cette édition 2019. Sur terre battue, le tennis est un sport de glisse

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi