Roland-Garros : La polémique des injections de Nadal fait parler en Espagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vainqueur pour la 14e fois de sa carrière sur Roland-Garros, Rafael Nadal annonçait avoir joué la majeure partie du tournoi sous injections d’antidouleurs. Une déclaration qui a fait polémique, notamment dans le monde du cyclisme, qui accusait Nadal de se doper. Récemment, la Société espagnole de médecine du sport (SEMED), est montée au créneau pour défendre Nadal.

Nadal vient de remporter la dernière édition de Roland-Garros, portant son total à 14 victoires sur le circuit. Quelques heures après le match, l’Espagnol annonçait en conférence de presse : « J'ai pu jouer durant ces deux semaines, parce que je n'ai aucune sensation sur mon pied car mon docteur a pu faire des injections anesthésiques sur les nerfs et enlever la sensation sur mon pied mais en même temps c'est un plus grand risque de jouer ainsi. Grace à cela j’ai eu une chance ici maintenant donc je l'ai fait et je peux être plus heureux et je ne remercierai jamais assez mon médecin pour tout ce qu'il a fait pendant toute ma carrière de tennis en m'aidant chaque jour mais il est évident que je veux continuer le tennis dans de meilleurs conditions ». Une déclaration qui a déclenché une polémique, surtout dans le monde du cyclisme, lorsque Thibault Pinot lâchait un tweet provocateur : « Les héros d’aujourd’hui… », en réponse à une interview dans laquelle Nadal ne souhaitait pas donner de précision sur le nombre d’injections reçues. Un point de vue partagé par son compatriote Guillaume Martin : « Un cycliste fait la même…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles