Roland-Garros - Les spectateurs contraints de quitter le court Philippe-Chatrier avant la fin du quart de finale opposant Novak Djokovic à Matteo Berrettini

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour cause de couvre-feu, le quart de finale de Roland-Garros opposant Novak Djokovic à Matteo Berrettini a été interrompu à 22 h 55 ce mercredi soir pour que les spectateurs puissent quitter le court Philippe-Chatrier. En raison de l'évolution des règles sanitaires, la dernière night session de Roland-Garros était la seule à se dérouler en public. 5 000 spectateurs assistaient au quart de finale opposant le n°1 mondial Novak Djokovic à l'Italien Matteo Berrettini, qui avait débuté à 20 heures, soit une heure plus tôt que les autres sessions de nuit. lire aussi Djokovic - Berrettini en direct commenté Le match aurait pu se terminer en trois sets, Novak Djokovic se retrouvant à deux points du match dans le tie-break du troisième set, mais c'est Berrettini qui empochait la manche. Une fois les joueurs sur la chaise, alors qu'il était 22 h 30, une première annonce (huée) du speaker invitait les spectateurs à quitter le stade. Si certains obtempéraient, la majorité des spectateurs (qui avaient acheté un billet pour ce seul match) restait sur le court Philippe-Chatrier. Un spectateur, venu avec ses trois enfants « On paye 500 euros pour voir deux-tiers de match, c'est inadmissible » À 2-1 pour Novak Djokovic, alors qu'il était 22 h 45, une nouvelle annonce était diffusée, et également huée. Alors, que, durant le début du tournoi, les spectateurs s'étaient conformés à la fermeture des portes de 20 h 45 pour respecter le couvre-feu de 21 heures, il devenait évident qu'une partie du public ne quitterait pas le stade. Matteo Berrettini demandait encore le soutien d'un public qui lui était majoritairement acquis.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À 3-2 pour Djokovic, le superviseur entrait sur le court et demandait aux deux joueurs de rentrer au vestiaire. Il était 22 h 55. Le jeu interrompu, la plupart des spectateurs quittaient le stade. Une centaine d'irréductibles restait assise, attendant la sécurité. Des « remboursez », « Forget démission », « merci Amazon » se faisaient entendre. Les agents de sécurité venaient inviter les derniers spectateurs à sortir, les invitant à adresser leurs doléances à la fédération française de tennis. Reprise du match 20 minutes plus tard « On paye 500 euros pour voir deux-tiers de match, c'est inadmissible, s'insurgeait un père de famille venu avec ses trois enfants. On commence le match à 19 heures dans ce cas-là. » Certains tentaient avec humour de demander des places pour la finale ou glissaient un « on a une attestation employeur ». À 23 h 10, les derniers non-accrédités quittaient le court Philippe-Chatrier et les joueurs rentraient aussitôt sur le court. Après un rapide échauffement, le match reprenait à 23 h 15. Dans le silence.