Rolex Paris Masters - Pour Daniil Medvedev, Novak Djokovic a été « plus fort que (lui) dans les moments clés »

·3 min de lecture

Vaincu par le Serbe en finale du Rolex Paris Masters, Daniil Medvedev estimait avoir sorti une très bonne partie de tennis et ne nourrissait pas mille regrets, concédant que le n°1 mondial serbe avait été meilleur que lui sur les points décisifs. « Quel est votre sentiment après cette défaite face à Novak Djokovic ?
Je n'aime pas perdre, donc je ne peux pas dire que je suis heureux. Mais je sens que j'ai tout donné. Après, oui j'aurais pu faire un passing gagnant quand il monte sur la balle de débreak au deuxième set, un ace de plus à 40-15 (2-2) dans le 3e set. Dès que tu perds un match, tu as le sentiment de pouvoir faire toujours mieux. Mais j'ai fait un bon match de tennis contre un des meilleurs joueurs de l'histoire, qui voulait vraiment gagner. C'était une bonne bataille. J'ai été plus fort que lui dans le premier set et Il a été plus fort que moi dans les moments clés. Il n'y a pas grand-chose à dire, à part que c'était un match fantastique avec des points fantastiques. Après votre victoire en finale de l'US Open, pensiez-vous avoir pris un avantage psychologique sur lui ?
Quand on connaît Novak, c'est impossible de prendre un avantage psychologique sur lui ! D'ailleurs, je prends exemple sur ça. Je veux que ce soit la même chose avec moi. Dernièrement, j'ai perdu contre Rublev (à Cincinnati), Dimitrov (à Indian Wells) et Novak ici. J'ai envie, oui, que le prochain match où je joue contre l'un des trois, n'importe où, cette question ne se pose pas. Je savais au contraire qu'il allait essayer de prendre sa revanche. On a senti qu'il voulait absolument gagner. C'est ça la compétition. « J'ai le sentiment que les gens commencent de plus en plus à le respecter Djokovic va terminer l'année n°1 mondial pour la septième fois. Pourtant, on a le sentiment qu'il n'est peut-être pas autant considéré que Federer ou Nadal. Qu'en pensez-vous ?
Je pense que c'est injuste. C'est difficile pour moi de parler des autres, mais je comprends. Je le ressens parfois. Mais j'ai aussi le sentiment que les gens commencent de plus en plus à le respecter, du moins à apprécier ses exploits, parce qu'il continue à battre des records. Cette année il a battu le record d'années pour un n°1, celui du nombre de semaines, il est arrivé à 20 Grands Chelems, il a presque réalisé un Grand Chelem calendaire ! Même ses détracteurs commencent à l'apprécier. Peut-être que dans dix ans, une fois qu'il aura pris sa retraite, des jeunes s'intéresseront au tennis et regarderont un peu les chiffres et ils verront Novak partout ! C'est là que les gens commenceront à comprendre un peu tout ce qu'il a pu accomplir. Cette semaine a été marquée par l'incroyable présence du public. Est-ce finalement perturbant de retrouver la ferveur du public après avoir joué des mois dans des stades presque vides ?
Non. C'était vraiment magnifique. On a quand même commencé à en avoir cette année, petit à petit, et surtout à l'US Open où il pouvait aussi y avoir 100 % de capacité dans le stade. À New York, c'est électrique, donc ce n'est pas facile à gérer. C'est dur d'avoir quelqu'un qui parle, il y a toujours du bruit, tu sens la présence du public. Le premier match, tu n'es pas perdu, mais tu sens qu'il faut te réhabituer. Maintenant, j'espère que ça va rester comme ça. C'était magnifique, très positif. Je pense qu'on adore tous ça. » lire aussi Toute l'actu du tennis

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles