Rolex Paris Masters - Hugo Gaston s'offre Carlos Alcaraz et un quart de finale au Rolex Paris Masters

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Poussé par un public totalement acquis à sa cause, Hugo Gaston s'est offert une place en quarts de finale du Rolex Paris Masters en prenant le meilleur sur Carlos Alcaraz ce jeudi soir (6-4, 7-5). La semaine de rêve continue pour Hugo Gaston au Rolex Paris Masters. Issu des qualifications et déjà tombeur d'Arthur Rinderknech et Pablo Carreño Busta aux tours précédents, Hugo Gaston a enflammé l'Accor Arena ce jeudi soir en venant à bout de Carlos Alcaraz en huitièmes de finale (6-4, 7-5).

Le jeune Français, 21 ans, était pourtant mal rentré dans son match, cédant son service dès sa deuxième mise en jeu. Mais face aux coups surpuissants de la pépite espagnole (18 ans), le Toulousain ne s'est pas affolé et recolla dans la foulée, profitant notamment d'une double faute et d'une grossière erreur du 35e joueur mondial. Gaston ne profita cependant pas très longtemps de ce débreak et perdit une nouvelle fois son engagement dès le jeu suivant. Alcaraz n'étant pas plus maître de son service, celui qui avait mis le feu à Roland-Garros l'année dernière en profita pour refaire son retard et harangua la foule, qui ne demandait que ça, pour recoller à 4-4. lire aussi Le film d'Alcaraz - Gaston Le neuvième jeu fut alors aussi électrique que décisif. Sous la pression d'un court central incandescent, Alcaraz ne trouva pas la solution au service (39 % de points gagnés derrière sa première balle). Sur sa cinquième balle de set, Gaston poussa l'Espagnol à la faute et s'ouvrait la voie vers le gain de la première manche, qu'il boucla le jeu suivant sans trembler (6-4, 49 min).

Alcaraz était à deux points du set Après un passage au vestiaire, Alcaraz revenait sur le court avec de meilleures intentions et mit en route le rouleau compresseur. Le protégé de Juan Carlos Ferrero ne ratait plus grand-chose et déroulait face à un adversaire qui commençait à payer ses nombreux efforts. À 5-0, 30-30, le deuxième set semblait plié. lire aussi Le tableau du Rolex Paris Masters Mais d'un coup, l'Espagnol commença à se crisper. Petit à petit et soutenu par un public qui recommençait à y croire, Gaston refaisait doucement son retard. 1-5, 2-5, 3-5, 4-5, 5-5, 6-5... Le score défilait et Alcaraz ne savait plus où donner de la tête. Complètement perdu, enfoncé dans sa serviette et au bord des larmes, il sentait que le match lui avait déjà échappé. Une « Marseillaise » digne des plus belles ambiances de Coupe Davis raisonnait à Bercy et Gaston n'avait plus qu'à porter l'estocade finale, sur un ace qui plus est. Entre le 5-0, 30-30 et la balle de match, le Toulousain a passé un 20-2 à son cadet, K.-O. debout. Hugo Gaston « À 5-0, je commençais déjà à préparer mes affaires pour le troisième set » « Il y avait une ambiance de dingue, de Coupe Davis, appréciait Gaston au micro d'Eurosport après la rencontre. Je joue au tennis pour ce genre d'ambiance. C'était un gros combat. Il y a eu un très gros premier set et un deuxième set très bizarre. Il mène 5-0 et j'arrive à faire 7 jeux de suite donc j'ai beaucoup de fierté, je suis très content. À 5-0 je commençais déjà à préparer mes affaires pour le troisième set. Je sais que quand je joue relâché je joue très bien et c'est ce qu'il s'est passé. Il a commencé à se tendre, le public a poussé de plus en plus et dans les moments importants et j'ai réussi à être solide et agressif. Le public a joué un rôle très important pour moi dans ce match. Il est très tard mais ils étaient quand même présents donc je ne peux que les remercier. C'est notre victoire à tous. »

lire aussi Comment Hugo Gaston a évolué depuis sa révélation à Roland-Garros Prochain défi pour le Toulousain : défier le numéro 2 mondial Daniil Medvedev, tombeur de Sebastian Korda, vendredi soir pour une place en demi-finales. « Pour moi, ça ne sera que du bonheur de jouer contre ce genre de joueur, un des tout meilleur au monde. Ça va être un réel kif. Je vais donner le maximum pour gagner ce match. Même si l'écart est important entre nous deux, je vais entrer sur le court pour gagner. » lire aussi Comment Hugo Gaston les rend tous chèvres

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles