Romain Langasque porte-drapeau français à Dubaï

Romain Langasque a rendu une deuxième carte sous le par ce vendredi. (R. Kinnaird/AFP)

Auteur d'un solide 69 (-3) ce vendredi, l'Azuréen a pris le relais de Victor Perez à la tête du quatuor tricolore présent au DP World Tour Championship.

Après Victor Perez la veille (69, -3), c'est au tour de Romain Langasque, sur le même score ce vendredi pour un total à -4, de prendre les commandes du quatuor français présent à Dubaï. En rendant une deuxième carte sous le par au lendemain de son 71, qu'il qualifiait jeudi de « meilleure partie de l'année, en termes de sensations », le joueur de 27 ans a fait un bond spectaculaire au leaderboard en se positionnant dans le top 20.

lire aussi : Le classement du DP World Tour Championship

Lui qui avait sauvé sa place in extremis dans le champ de cette finale du Tour européen, en arrachant une des toutes dernières places qualificatives la semaine dernière au Nedbank (29e), avait confié à la veille du tournoi n'avoir « rien à perdre ». De fait, après un aller poussif (3 bogeys pour seulement 2 birdies), Langasque a lâché les chevaux sur le retour pour descendre quatre coups sous le par sur les neuf derniers trous. Les joues rougies par l'effort, dans une chaleur à peine moins suffocante que la veille, le natif de Grasse, à portée de drive de Cannes, avait du soleil plein les mots.

Sa partie : « Des coups de fer plus proches des drapeaux »« J'ai commencé avec un mauvais coup de fer au 1, donc un bogey direct, mais après c'était un peu le même esprit de journée qu'hier (jeudi). J'ai un tout petit peu moins bien drivé, ce qui m'a coûté les bogeys du 8 et du 9 mais, dans l'ensemble, j'ai très bien joué au golf. J'ai été patient, avec un bon putt qui est tombé au 12 et m'a fait un peu tourner la partie parce que je mets drive-bunker et je sors avec un birdie. Derrière, je tape des très bons coups jusqu'à la fin. Le retour en -4 a été vraiment le highlight de cette partie. Dans la globalité, tout mon jeu a été satisfaisant à part le driving. Mais le reste, avec notamment des coups de fer un peu plus proches des drapeaux qui m'ont permis de faire plus de birdies, a été très bon. »

Le parcours : « J'ai bu 3 ou 4 litres d'eau »« C'est un parcours exigeant mine de rien, qui prend beaucoup d'énergie parce que je trouve vraiment les greens et ce qu'il y a autour assez difficiles. Il y a des roughs épais donc dès que tu rates un drive t'es tout de suite pénalisé, ce qui est différent des autres années. Il fait aussi très chaud. J'ai dû boire au moins 3 ou 4 litres d'eau sur le parcours. »

Rory or not Rory ? : « Une expérience de dingue »« J'ai vu au leaderboard qu'il était devant et comme je jouais deux ou trois parties derrière, avec mon caddie, on savait que si je rentrais mon putt sur le 18 (pour birdie et finir à -5 comme McIlroy), j'avais une chance de jouer avec lui (son 3e tour). Mais comme je l'ai dit à mon caddie, je ne sais pas si c'est une bonne ou mauvaise chose de jouer avec Rory. Je n'ai jamais joué avec lui en compétition et je pense que pour une première fois ici à Dubaï, ce n'est pas évident. Surtout que j'ai entendu dire que c'était sold out demain (samedi) donc c'est le genre de parties où il va y avoir énormément de monde et où la concentration n'est pas forcément facile à trouver. Si jamais je peux jouer avec lui dimanche pour la gagne, ce sera de toute façon une expérience de dingue alors pourquoi pas ? Mais pour demain, c'est peut-être mieux que je joue sans lui et que j'ai encore ma chance. »

lire aussi : L'actu du Tour Européen

Son état d'esprit : « Je vais rester offensif »« Comme je l'ai dit en début de semaine, je ne peux pas perdre de place au ranking entre guillemets (il est 50e au classement européen cette semaine). Je me sens bien, la semaine dernière il y a eu énormément de bonnes choses qui m'ont donné par mal de confiance pour cette semaine. Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait -4 sur les neuf derniers trous d'un parcours difficile. Gagner, ça reste très dur parce qu'il y a un gros champ de joueurs, mais j'aimerais encore faire une belle carte demain pour avoir ma chance dimanche. Je vais rester offensif, dans cette dynamique et on verra ce qu'il se passe ce week-end. En attendant, je vais rentrer me reposer parce que j'ai besoin d'énergie pour les deux prochains jours. »