Romane Ménager, après la défaite contre les Black Ferns : « On a montré beaucoup de coeur »

Romane Ménager a marqué deux essais face aux Black Ferns. (R. Byrne/Presse Sports)

La troisième-ligne des Bleues Romane Ménager était très frustrée par la défaite en demi-finales de la Coupe du monde face aux Black Ferns (25-24). Mais elle a apprécié le visage de l'équipe de France.

« Comment sort-on d'une défaite aussi cruelle ?
Il y a forcément de la déception, on était vraiment proche. En première période, on a senti qu'on pouvait les tenir. Notre entame de deuxième période n'est pas satisfaisante, elle nous met un peu dedans. Et après, on enchaîne les fautes, ce qui nous met en difficulté pour reprendre la main sur ce match. On se sentait vraiment capable de les avoir à ce moment-là, et on a laissé passer notre chance.


lire aussi

La France échoue d'un point face à la Nouvelle-Zélande en demi-finale

Les Black Ferns ont semblé plus agressives après la mi-temps...
Elles ont eu un regain d'énergie en deuxième période, mais c'est aussi nous qui leur avons laissé reprendre de la confiance. On a fait beaucoup de fautes, on a subi nos duels, et on les a laissées reprendre confiance, devant leur public qui est monstrueux et qui les a galvanisés.

À titre personnel, on vous a vu très active, avec deux essais marqués.
C'était un gros match, j'avais envie d'apporter à l'équipe. J'espère avoir fait de mon mieux. Après, il y a toujours beaucoup de choses à corriger. C'est compliqué d'avoir un retour positif sur soi-même quand on perd des matches comme ça. Je suis juste contente d'avoir fait un match comme ça avec les filles, parce que même si on n'a pas été propres partout, on a montré beaucoup de coeur et c'est ce qu'on voulait montrer aussi.


lire aussi

Gaëlle Hermet : « On a pris des chars d'assaut dans la figure »

Comment étaient les joueuses dans le vestiaire après le match ?
Il y a deux profils. Certaines ont besoin de temps pour digérer. D'autres basculent très vite. On se laisse à chacun le temps de le vivre comme on peut. Mais on va vite switcher parce que ce groupe mérite de faire quelque chose de bien. Et je pense qu'on va traduire ce qu'on a dans les tripes sur le terrain.

Vous attendiez-vous à une telle intensité dans les contacts ?
Les matches contre les Black Ferns, on sait que ça va toujours taper fort, et ça n'a pas loupé. On a déjà vécu des matches comme ça et je pense que celui-ci a plus fait mal mentalement que physiquement. »


lire aussi

Le tableau de la Coupe du monde