Rory McIlroy, en tête du British Open avec Viktor Hovland : « Je m'attends à l'inattendu »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Rory McIlroy (à d.) et Viktor Hovland (au c.). (P ; Childs/Reuters)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En tête du British Open avec Viktor Hovland, Rory McIlroy s'attend à un dernier tour imprévisible. Réaction du numéro deux mondial après un 66 rendu au côté du Norvégien, qu'il retrouvera également dimanche en dernière partie.

Leurs discussions, entre deux trous

« Nous avons parlé de tout un tas de choses. On a parlé de chaussures. Il a parlé de ce qu'il a fait ces deux dernières semaines. Il est rentré chez lui en Norvège et il y retournera lundi. C'était sympa et détendu. »

lire aussi

Ilroy et Hovland, clash royal

Leur relation

« Nous étions très proches à la Ryder Cup l'année dernière. Et j'ai joué un tour d'entraînement avec Viktor quand il était encore amateur, à l'US Open de Pebble Beach en 2019. J'ai appris à le connaître assez bien ces dernières années. »

Leur 3e tour ensemble

« En début de partie, je me mettais plus près que lui des drapeaux, mais à chaque fois Viktor me rentrait ces longs putts. Là je me disais, "Ouah, c'est pas possible"... Dans ces situations, si votre état d'esprit n'est pas bon, cela peut vous atteindre. Mais heureusement aujourd'hui (samedi), j'avais la tête à l'endroit. »

Leur duel à venir

« Il n'y avait certainement pas beaucoup de discussion entre nous pendant les derniers trous (samedi). Mais je pense que les derniers trous du parcours l'exigent, ils sont très délicats à jouer et il faut une concentration énorme pour les appréhender. Mais je ne suis pas opposé à avoir une conversation en cours de route (avec Viktor). C'est bien. Ça nous permet probablement à tous les deux d'être plus libéré. Il y a des moments où il faut parler, et des moments pour ne pas le faire. Et c'était le cas aujourd'hui aussi. »

lire aussi

Le classement en direct

Le scénario du 4e tour

« Nous l'avons vu toute la semaine. Des gars peuvent passer l'aller en 30, 31 coups. Alors je m'attends à l'inattendu. Mais en même temps, je dois me concentrer sur moi-même. Si je rends une bonne carte, je n'aurai pas à m'inquiéter de ce que font Viktor ou les deux Cameron (Smith et Young) ou n'importe qui d'autre. Je dois juste faire mon truc. C'est en tout cas en me concentrant sur moi que j'ai bien joué ces trois premiers jours. Je ne l'avais pas réussi à Augusta en 2011 (carte de 80, 15e) et la pilule avait été dure à avaler. Rien n'est acquis, expérimenté ou pas ! »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles