Rossi aurait arrêté en 2012 sans la confiance de Yamaha

Léna Buffa
·2 min de lecture

s'apprête à disputer cette semaine son dernier Grand Prix au sein de l'équipe officielle Yamaha, avec laquelle il a couru durant 15 ans.

Arrivé en 2004 après quatre premières saisons avec Honda, le #46 avait à l'époque donné un élan déterminant au programme d'Iwata, jusqu'à remporter quatre titres lors de la première partie de leur collaboration. Il avait ensuite choisi de relever un nouveau défi en rejoignant Ducati, toutefois les deux saisons passées à Borgo Panigale ont marqué une cassure dans sa courbe de performance, si bien que 2012 aurait pu, indique-t-il, être sa dernière saison en MotoGP. C'est la confiance renouvelée de Lin Jarvis, patron du programme Yamaha, qui lui a permis de relancer la machine pour huit autres années.

Lire aussi :

À Portimão, Quartararo veut s'amuser avant de penser au championnat

"Dimanche ce sera un moment particulier, parce que cela a été une longue aventure", admet Rossi en entamant le Grand Prix du Portugal. "Notre histoire est scindée en deux parties et je dois dire merci à Yamaha pour m'avoir donné une autre chance après mes deux ans chez Ducati parce que j'étais assez désespéré. Cela a donc été déterminant pour moi de revenir dans l'équipe officielle. Même si la deuxième partie a été longue, on a un peu moins gagné, mais ça a malgré tout été une super expérience, avec beaucoup de moments inoubliables, et l'équipe va clairement beaucoup me manquer."

"Il y a eu beaucoup de très bons moments, et ce dès 2004 quand on a fait venir notre équipe et que Jeremy Burgess s'est mis à travailler avec Furusawa. Mais ce dont je me souviens le mieux, c'est de quand j'ai parlé avec Lin Jarvis et qu'il m'a dit qu'il allait me donner une autre possibilité de revenir dans l'équipe officielle fin 2012. Je lui en serai toujours reconnaissant, ainsi qu'à Yamaha dans son ensemble, parce qu'à ce moment-là j'étais désespéré et si je n'étais pas retourné dans l'équipe officielle, j'aurais même probablement arrêté de courir. C'est mon plus beau souvenir."

Ce Grand Prix inédit à Portimão marquera cette semaine la fin de carrière de Cal Crutchlow, 35 ans, et les départs d'Andrea Dovizioso, 34 ans, et de Tito Rabat, 31 ans, qui n'ont pour le moment pas annoncé de projet futur bien qu'il n'ait pas renoncé à un retour en MotoGP. À bientôt 42 ans, soit dix ans plus âgé que le second "vétéran" de ce plateau renouvelé de la catégorie, Valentino Rossi, lui, poursuivra sa carrière.

Il rejoindra pour cela l'équipe satellite de Yamaha, mais avec un soutien officiel du constructeur. En intégrant le team Petronas, il devra toutefois renoncer à une grande partie de son équipe technique et notamment des membres emblématiques qui lui étaient fidèles depuis le début de sa carrière en 500cc.