Rossi déplore un développement trop lent sur la Yamaha

Vincent Lalanne-Sicaud
·2 min de lecture

Les pilotes Yamaha ont pointé plusieurs faiblesses sur leur moto après une fin de saison 2020 nettement en dessous de leurs attentes. a enfin rappelé la faiblesse historique de la marque, son déficit de vitesse de pointe.

Quel que soit le mal le plus profond sur la M1, les pilotes perçoivent tous une régression, et pas seulement entre les saisons 2019 et 2020. Maverick Viñales a pointé du doigt de mauvaises décisions et regretté de ne jamais avoir été aussi à l'aise que sur la machine de 2016, qu'il n'a pourtant pilotée que pendant des séances d'essais au moment où il a rejoint le constructeur en vue de la saison 2017, sa première au guidon d'une Yamaha.

"J'aimerais qu'ils me donnent la moto de 2016", a déclaré le pilote espagnol. "À mes yeux, c'est la meilleure moto que j'aie pilotée de ma vie. Notre erreur a été de modifier cette moto. Quoi qu'on fasse, on était dans le coup. Je me rappelle qu'aux tests en Malaisie [au début de l'année 2017], après seulement dix tours, je volais."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

Ce constat peut surprendre alors que le constructeur a remporté la moitié des courses organisées en 2020, avec trois succès pour chacun des pilotes du team Petronas, Fabio Quartararo et , et un pour l'équipe officielle, grâce à Maverick Viñales. Ces résultats masquent cependant une véritable régression en fin de saison, quand seul Morbidelli, dont la machine n'était pas dotée des dernières évolutions, parvenait à jouer le podium pendant que les pilotes disposant de la moto officielle rencontraient plus de difficultés.

Rossi s'est habitué à voir la Yamaha chuter dans la hiérarchie au fil de l'année, ce qu'il attribue à un manque de développement : "C'est toujours comme ça depuis 2017, on est fort en début de saison et on souffre dans la deuxième moitié. C'est parce que les dernières années, nos concurrents ont très bien travaillé. Chaque année, ils ont beaucoup de nouveautés, de nouvelles motos, donc il leur faut du temps pour être bons, mais quand ils trouvent l'équilibre, ils sont meilleurs que nous. On espère que l'an prochain, Yamaha va plus travailler et apporter plus de progrès, pour être plus forts toute la saison."

Lire aussi :

Yamaha et Honda pas convaincus que leur moto 2019 était meilleure

Pour que ces progrès soient possibles, Maverick Viñales compte sur l'arrivée de Cal Crutchlow au poste de pilote essayeur et sur un soutien renforcé de l'équipe d'essais, à l'arrêt cette année, Yamaha ne souhaitant pas que ses ingénieurs japonais se déplacent en Europe en raison du COVID-19, pendant que les autres marques maintenaient leurs tests.

Avec Léna Buffa