Rouen : Neuf ans de prison pour l'agression mortelle d'un chercheur guinéen en 2019

Pixabay / WilliamCho

SCHIZOPHRÉNIE - Le procès portait notamment sur l'altération ou l'abolition du discernement de l'accusé au moment des faits

Un homme schizophrène de 32 ans a été condamné ce vendredi à neuf ans de prison par la cour criminelle de Seine-Maritime, à Rouen. En 2019, il avait proféré des insultes racistes et tabassé un chercheur guinéen à Rouen, entraînant sa mort.

Le jour des faits, Mamoudou Barry, 31 ans, est sorti de sa voiture pour s’expliquer avec l’accusé qui l’accablait d’insultes racistes. Ce dernier l’a alors frappé violemment à plusieurs reprises, et a continué alors que la victime se trouvait déjà au sol. L’universitaire, père d’une fillette de 2 ans, est décédé le lendemain des suites de ses blessures.

Un appel encore possible

L’avocate générale réclamait 12 ans de réclusion, le discernement du trentenaire était altéré et non aboli au moment des faits. La défense plaidait de son côté l’irresponsabilité pénale avec un discernement aboli lors de l’agression. L’accusé, sous curatelle renforcée depuis 2013 pour sa « schizophrénie paranoïde », était en rupture de soins en juillet 2019.

SOS Racisme s’était constitué partie civile aux côtés de la famille de la victime, de la Licra et du Mrap. L’association s’est dite satisfaite du verdict, au regard de la gravité des faits mais aussi de la personnalité malade de l’agresseur. « On espère que la clémence de la peine permettra qu’il n’y ait pas u(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Attentats de 2016 à Bruxelles : Dénonçant un procès « inéquitable », Salah Abdeslam refuse de comparaître
Rouen : Il écope d’une amende de 130.000 euros pour la revente de cigarettes
Rouen : L’ancienne députée Sira Sylla condamnée pour harcèlement sur un assistant