Rudi Garcia, les adieux d'un mal-aimé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Été 1974, Rudi Garcia a dix ans. Il découvre le football sous les couleurs de l'AS Corbeil-Essonnes, pendant que la France profite encore du talent de Claude François pour s'ambiancer après l'élection de Giscard à l'Elysée. Cette année-là, le chanteur blondinet cartonne avec son téléphone qui pleure, mais aussi avec une ballade pleine de solitude : "J'ai besoin qu'on m'aime, mais personne ne comprend, ce que j'espère et que j'attends. Qui pourrait me dire qui je suis ? Et j'ai bien peur toute ma vie d'être incompris. Car aujourd'hui : je me sens mal aimé. Je suis le mal aimé. (…) Si les apparences sont quelquefois contre moi, je ne suis pas ce que l'on croit". Quarante-sept ans plus tard, ces paroles n'ont pas pris une ride aux yeux du petit Rudi Garcia, devenu grand entre temps et qui, à 57 ans, vient de quitter l'Olympique lyonnais par la même porte que celle qu'il avait empruntée à Marseille et Rome : la…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles