Rudy Gobert, après la victoire des Bleus contre la Hongrie : « Il y a encore beaucoup de travail pour s'améliorer »

Rudy Gobert, après la victoire des Bleus contre la Hongrie : « Il y a encore beaucoup de travail pour s'améliorer »

En s'imposant contre la Hongrie (78-74), dimanche à Cologne, les Bleus ont assuré leur qualification pour les huitièmes de finale de l'Euro. Pour autant, Rudy Gobert et Vincent Poirier sont conscients des lacunes qu'il faut encore combler pour espérer mieux dans la compétition.

Rudy Gobert (pivot équipe de France, après sa victoire contre la Hongrie 78-74) : « Cette équipe jouait sa dernière chance de qualification. Vous savez, ils ont donné tout ce qu'ils avaient, et nous avons fait quelques erreurs, nous avons manqué quelques tirs, quelques turnovers et ils sont revenus dans le match. Nous allons donc regarder la vidéo et voir toutes les choses que nous devons améliorer, nous avons encore beaucoup de travail à faire.

lire aussi

Les tops-flops de France-Hongrie

Vous savez, il y a des moments où nous jouons bien et d'autres où nous devons garder la tête froide et jouer un peu mieux. Donc encore une fois, nous allons regarder la vidéo. Nous avons beaucoup de travail à faire pour nous améliorer et nous préparer pour les prochains matches. »

Vincent Poirier, pivot de l'équipe de France

« Ce n'est pas nous, nous devons corriger ça et être meilleurs »

Vincent Poirier (pivot équipe de France) : « Je pense que nous étions trop détendus, ils n'arrêtaient pas de marquer facilement. Des rebonds faciles, des 2 points faciles. Je pense que c'est pour ça qu'ils ont pu rester dans le match. Ce n'est pas nous, nous devons corriger ça et être meilleurs. À propos des bases, le match que nous avons fait hier (samedi contre la Lituanie) devrait être notre référence. Nous avons fait un excellent travail hier. C'est ce que nous devons faire à chaque match. Maintenant, c'est la petite pause. Nous devons nous concentrer sur les deux prochains matches car ils seront difficiles. »

lire aussi

Vincent Collet : « Ce n'est pas acceptable »