Rugby à 7 - Ambiance festive à l'Arena pour le Supersevens

·3 min de lecture

L'In Extenso Supersevens a été largement remporté par les Barbarians contre Monaco samedi, à la Paris Défense Arena. Et le spectacle était aussi dans les tribunes. Au pays du rugby à 7, on embrasse et on embrase souvent tous les imaginaires. Un fabuleux univers qui présentait certainement, samedi à la Paris Défense Arena, la plus grande densité de princesses à barbe du monde. Alors oui, c'est la grappe de raisin géante qui a remporté le concours de déguisements de l'In Extenso Supersevens, mais dans le genre accoutrement loufoque, certains auraient pu prétendre à mieux. lire aussi Les Baabaas remportent le Supersevens contre Monaco Pour ce qui est du rugby, dans ce décor ainsi parsemé de cow-boys, superhéros, princesses et autres Papes, ce sont les Baabaas qui ont été sacrés champions de France (40-14 face à Monaco). Point de fumée blanche pour célébrer le titre, mais des feux d'artifices à gogo et des explosions de couleurs sur le terrain comme en tribunes.

La panthère rose qui rodait aux toilettes du premier niveau a, elle, manqué le casting initial qui aurait pu l'amener sur la pelouse comme prétendante au meilleur déguisement. Mais le drôle d'animal et son camarade dinosaure avaient privilégié l'arrivée décalée : « 14 heures, c'est tôt pour commencer. On a préféré arriver plus tard, histoire de se ménager ». lire aussi Teddy Thomas (Racing), avant le Supersevens : « J'espère me régaler » Envahissement de terrain et YMCA On a ainsi vu de tout dans les coursives de l'Arena de Nanterre. Il fallait être tout aussi bon et rapide que Cecil Afrika, Joachim Trouabal ou Teddy Thomas pour éviter la procession de pirogues de Peaux-Rouges louvoyant entre les gens. La célérité et la rapidité d'exécution, points communs avec ce monsieur torse nu, venu pour faire floquer son maillot. Oui, autant ne pas s'embêter, malgré une température loin de l'été indien.

lire aussi Toute l'actualité du rugby à 7 Si le houblon a parfois réchauffé l'atmosphère, la musique a aussi parfaitement joué son rôle. Un Hervé en t-shirt, pour un concert après les quarts de finale tout en mouvement et énergie, les incontournables chants en tribunes, et les invités comme le groupe toulousain de beatbox Berywam, ont assuré l'ambiance dans le stade. Entre sons, chants, concerts, lumières, feux d'artifice, Bodéga, le show attendu par les quelque 20 000 spectateurs de l'enceinte francilienne était au rendez-vous. Sur les coups de 23 heures, une fois les matches achevés, ceux restés jusqu'au bout de dix heures de rugby se sont rassemblés une dernière fois, sur la pelouse, pour conclure la soirée, avec karaoké géant et choré YMCA. Histoire de finir cette belle journée sur une bonne note.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles