Rugby à XIII - Super League - Les Dragons maîtrisent Hull KR et se qualifient pour la première finale de Super League de leur histoire

·4 min de lecture

En demi-finale à domicile, dans un stade Gilbert-Brutus chauffé à bloc, les Dragons Catalans ont dominé Hull KR (28-10) ce jeudi. Ils se qualifient pour la première finale de Super League de leur histoire, le 9 octobre à Old Trafford. Jour historique pour les Dragons. À domicile, dans un stade Gilbert-Brutus archi-comble, les Dragons Catalans ont dominé Hull KR ce jeudi en demi-finale de Super League (28-10), 5 essais à deux. Ils se qualifient pour la première finale de leur histoire, samedi 9 octobre, dans l'antre de Manchester United, à Old Trafford.

Des fumigènes, une haie d'honneur, 11 530 spectateurs chauffés à bloc, les Catalans premiers de la saison régulière avaient une forte pression au moment d'affronter Hull KR, pour la première demi-finale à domicile de leur histoire. Et en l'absence de Sam Tomkins, forfait de dernier instant, un joueur se savait particulièrement scruté, le jeune Arthur Mourgue (22 ans). Après une entame de match difficile, et une première chandelle cafouillée dès l'entame de match, l'arrière s'illustrait dès la 7e minute en s'enroulant autour de deux défenseurs anglais pour inscrire le premier essai de la rencontre. Malheureusement l'essai était refusé par l'arbitre car le Perpignanais avait aplati en deux temps. lire aussi Franck Azéma apporte son expertise aux Dragons Catalans en rugby à XIII Ce n'était que partie remise pour les Dragons, puisque deux minutes plus tard, une chandelle de Drinkwater, mal maîtrisée par l'arrière Dagger, permettait à Samisoni Langi de volleyer le ballon pour son capitaine Benjamin Garcia, qui n'avait plus qu'à filer derrière la ligne (6-0, 10e). Vingt minutes plus tard, après un deuxième essai refusé aux Dragons et à Fouad Yaha pour une passe en-avant d'Arthur Mourgue, c'est Josh Drinkwater qui interceptait une passe de Jordan Abdull pour marquer le deuxième essai des Dragons après une course de plus de 75 m (12-0, 31e). Les « Robins » entretenaient le suspense juste avant la mi-temps en inscrivant un essai par l'intermédiaire de leur capitaine Kenny-Dowall, qui parvenait à prendre le meilleur sur Dean Whare. Plus patients, moins brouillons dans la construction et efficaces en défense, les Dracs tournaient en tête à la mi-temps (12-4). La jeunesse au pouvoir Et alors que le président des Dragons, Bernard Guasch, se méfiait à la pause d'un retour des Anglais lors du deuxième acte, ses joueurs le rassuraient d'entrée, en inscrivant un essai dès la reprise. Sur un nouveau jeu au pied de Maloney, l'arrière Dagger se trouait une deuxième fois, et c'est Arthur Mourgue, qui était tout heureux de récupérer le ballon pour aplatir en coin (16-4, 42e). Un essai qui permettait aux Dracs de faire le trou et de se lâcher dans la deuxième partie de rencontre. À l'heure de jeu, au terme d'une action d'école en première main, l'ailier Fouad Yaha venait lui aussi inscrire son essai (20-4), avant que le jeune Joe Chan (19 ans) ne parachève le succès des Dragons en récupérant dans l'en-but anglais un coup de pied rasant de Drinkwater. <

L'essai anglais de Hall, en fin de rencontre, ne changera rien. Une dernière pénalité de Maloney permettait aux Dragons de s'imposer assez tranquillement (28-10), sans jamais avoir vraiment tremblé. Finale au « théâtre des rêves », face à St Helens ou Leeds Le peuple catalan et Bernard Guasch, qui attendaient ce moment depuis plus de quinze ans, pouvaient chavirer. Après Wembley et la Cup en 2018, les Dragons Catalans se rendront à Old Trafford la semaine prochaine pour la première finale de Super League de leur histoire. Ils affronteront le vainqueur de l'autre demi-finale entre St Helens et Leeds. « Quand je suis arrivé, l'équipe était très volatile, nous étions trop excités et pas assez humbles après une victoire et à l'inverse et trop déçus et déprimés lors des défaites », expliquait l'entraîneur de Perpignan, Steve McNamara, à l'issue de la saison régulière. Mais cette fois nul doute que ses joueurs, qui ont décroché au terme d'une saison remarquable un billet d'avion pour le « théâtre des rêves » de Manchester, ont gagné le droit d'exulter avec leur public et dans le vestiaire, au moins le temps d'une soirée.

lire aussi Laurent Frayssinous, sélectionneur des Bleus : « Ça change l'image de notre sport »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles