Rugby - ANG - Sans match à Twickenham, la Fédération anglaise accuserait d'énormes pertes

L'Equipe.fr
L’Equipe

Alors que la crise du coronavirus menace le rugby international en 2020, Bill Sweeney, le directeur exécutif de la Fédération anglaise, s'est montré inquiet s'il ne pouvait y avoir de matches à Twickenham cette année. Bill Sweeney, le directeur exécutif de la Fédération anglaise (RFU), s'est exprimé mardi (en visioconférence) devant un comité parlementaire pour faire notamment le point sur les finances de la RFU. Il s'est d'abord montré rassurant sur l'état actuel de la trésorerie de la Fédération. Les réserves ainsi que les coupes dans les dépenses salariales permettent aujourd'hui à la RFU de limiter la casse. Toute l'actu liée au coronavirus Mais Bill Sweeney a assuré que l'annulation des tests d'automne voire celle du Tournoi 2021 pourrait avoir un « impact catastrophique ». 85 % des revenus de la RFU proviennent des matches de Twickenham, chaque rencontre équivalant grosso modo à 10 millions de livres de recettes (environ 11,5 millions d'euros), a expliqué le patron de la RFU. La Nouvelle-Zélande, l'Argentine, les Tonga et l'Australie sont attendus à Londres cet automne - des matches qui pourraient être remplacés éventuellement par un Tournoi des Six Nations en novembre - puis l'Angleterre doit accueillir l'Écosse, l'Italie et la France dans le Tournoi 2021. Sans ces matches - « on parle là d'un scénario du pire », a expliqué Sweeney - on comprend mieux l'impact que cela pourrait avoir sur les finances de la RFU. « Il y a d'autres scénarios, a-t-il poursuivi. Si les matches de novembre ont lieu mais qu'il y a des restrictions sur le nombre de spectateurs, nous perdrions environ 32 millions de livres sur nos prévisions 2020. S'ils se jouent à huis clos, cela aurait un impact de 85 millions de livres, 107 si les matches sont annulés, sachant que nous avons déjà perdu 15 millions cette année. Et s'il n'y a pas non plus de Tournoi 2021, nous atteindrions alors nos limites et devrions nous tourner vers le gouvernement pour un soutien financier. On parlerait alors d'un plan à long terme, sur 4-5-6 ans. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi