Rugby - ANG - Matt Proudfoot (Angleterre) : « Un bon bout de temps » avant des entraînements avec contact

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Selon le nouvel entraîneur des avants du XV de la Rose, les entraînements « normaux », ce n'est pas pour tout de suite. Architecte du pack sud-africain de 2015 au sacre mondial de Yokohama, Matt Proudfoot officie désormais dans le staff de l'Angleterre avec Eddie Jones. Le technicien a vécu des drôles de débuts avec un Tournoi interrompu en raison de la pandémie de coronavirus. Confiné en Afrique du Sud, où il est rentré après le tournoi, Matt Proudfoot s'est exprimé mercredi en visio conférence de presse. Interrogé sur les impacts de cette crise sur les entraînements, il a estimé notamment que le rugby allait devoir attendre « un bon bout de temps » avant des séances classiques avec contact. Mardi, World Rugby avait recommandé d'attendre « une réduction des mesures de distanciation sociale ou une autorisation spécifique du gouvernement » avant de reprendre un entraînement normal. Le cas du rugby, sport collectif de contact, est donc particulièrement complexe. « Quand on pourra commencer les entraînements en petits groupes et mettre en place des situations en groupes réduits, les choses changeront un peu. » Comment travailler dans ces conditions ? « Plutôt qu'un programme général comme toutes les équipes en suivraient, nous avons essayé d'avoir une approche holistique (globale) pour les joueurs : que pourrait-on améliorer en lui dans son environnement familier que nous ne pourrions pas améliorer en camp d'entraînement ? » a expliqué Matt.

Il s'entretient régulièrement avec ses joueurs et le reste du staff depuis l'Afrique du Sud. Il a reconnu que l'absence d'entraînement physique régulier en période de confinement était particulièrement problématique pour les avants et qu'il leur faudrait aussi un certain temps pour retrouver une forme compatible avec la compétition. « Quand on pourra commencer les entraînements en petits groupes et mettre en place des situations en groupes réduits, les choses changeront un peu. » Mais ce n'est pas pour tout de suite, visiblement.