Rugby - AUS - La Fédération australienne à la recherche d'investisseurs

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

La Fédération australienne de rugby doit faire face à d'énormes pertes financières à cause de l'épidémie de Covid-19 et recherche des investisseurs pour les compenser, à l'image de l'accord trouvé par la Nouvelle-Zélande avec le fonds Silver Lake. La Fédération australienne de rugby a répété vendredi être à la recherche d'investisseurs pour compenser d'importantes pertes, à l'instar de son homologue néo-zélandaise, qui souhaite vendre une part de la marque All Blacks à un fonds américain. « Le rugby australien a traversé des années difficiles récemment, mais rien n'aurait pu nous préparer à 2020 », a déclaré le président de Rugby Australia (RA) Hamish McLennan dans le rapport annuel de la fédération publié jeudi soir. Hamish McLennan, président de Rugby Australia « L'organisation a été secouée dans ses fondements. Il y avait de véritables craintes que les pertes financières s'avèrent impossibles à surmonter. » Les pertes de RA ont ainsi triplé d'une année sur l'autre, passant de 9,5 millions de dollars australiens en 2019 à 27,1 millions en 2020 (de 6,1 à 17,4 millions d'euros) du fait de revenus en chute libre (-45,7M de dollars Australien, -29,3 M d'euros) causés par la crise du Covid-19. « L'organisation a été secouée dans ses fondements. Il y avait de véritables craintes que les pertes financières s'avèrent impossibles à surmonter », a-t-il poursuivi. RA était déjà à la peine financièrement du fait d'une forte indemnisation versée à l'ex-Wallaby Israel Folau, licencié pour des commentaires homophobes, mais aussi de droits télévisés revus à la baisse et de la perte d'un important sponsor. Du fait de la pandémie, qui a perturbé le calendrier des tests internationaux et du Super Rugby, la Fédération a dû licencier du personnel, réduire les salaires de joueurs et diminuer le financement du rugby amateur. La Nouvelle-Zélande en exemple « Cela ne fait que souligner l'importance des investissements externes alors que nous cherchons d'autres sources de financement pour réinvestir dans le sport », a affirmé Hamish McLennan, ajoutant que RA s'apprêtait à suivre l'exemple néo-zélandais. En mars, McLennan avait déjà annoncé que le conseil d'administration de la fédération s'était prononcé en faveur d'investisseurs extérieurs. Jeudi, la Fédération néo-zélandaise de rugby a donné son accord à la vente de parts de sa marque All Blacks au fonds d'investissement américain Silver Lake contre 280 millions de dollars (230M d'euros). Ce choix controversé doit encore être accepté par les joueurs, dont certains craignent que le sport n'en perde son âme. Silver Lake et CVC partners, un autre fonds américain détenteur d'une partie de la Premier League anglaise (football) et du Pro 14 (rugby), pourraient investir dans le rugby australien, avait indiqué en mars un cadre de la fédération. Un milliardaire australien serait également sur les rangs.