Rugby - AUS - La Fédération australienne souhaite abandonner la « loi Giteau » relative aux joueurs évoluant à l'étranger

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La « loi Giteau », nommée d'après l'international Matt Giteau, interdit - sous certaines conditions - à des joueurs évoluant à l'étranger d'être sélectionnés parmi les Wallabies. La Fédération australienne souhaite y mettre un terme. La Fédération australienne pousse pour que la « loi Giteau » ne soit plus d'actualité. Baptisée en référence au trois-quarts centre australien Matt Giteau, cette règle avait été créée à l'occasion de la Coupe du monde 2015, pour que Michael Cheika, le coach de l'époque, puisse sélectionner Giteau et l'ailier Drew Mitchell. Cheika avait convaincu la Fédération australienne d'interdire la présence de joueurs évoluant à l'étranger dans la sélection nationale. Depuis 2015, l'équipe d'Australie doit être constituée de joueurs qui évoluent exclusivement dans le pays, sauf pour ceux comptant déjà plus de 60 sélections avec les Wallabies, et sept saisons passées à disputer le Super Rugby.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Andy Marinos, le président de la Fédération australienne, souhaiterait supprimer cette « loi » d'ici la fin de la saison. Car elle oblige les entraîneurs à se passer de très bons éléments, ce qui empêche l'équipe d'être la plus compétitive possible. Dave Rennie, le coach actuel des Wallabies, avait déjà bénéficié d'un assouplissement de la « loi Giteau », la Fédération l'ayant autorisé à sélectionner deux joueurs évoluant à l'étranger. Laurie Fisher, ancien entraîneur adjoint de la sélection australienne « Nous ne pouvons pas continuer à fonctionner comme nous le faisons actuellement » Après la défaite cinglante infligée par la Nouvelle-Zélande (22-57) en Championship, l'idée d'une suppression de cette règle est revenue sur le devant de la scène. Et Giteau lui-même s'y est dit favorable. « Je pense que les Wallabies doivent tout faire pour être l'équipe la plus compétitive possible, a-t-il déclaré au Sydney Morning Herald. Lorsqu'on évolue au plus haut niveau, ce qui compte, c'est de gagner. Il faut sélectionner la meilleure équipe et être les plus forts possible. » L'ancien coach adjoint de la sélection australienne, Laurie Fisher, a lui aussi pris position lundi sur son compte Twitter. « Je suis tout à fait pour le fait d'envoyer les 23 meilleurs rugbymen jouer pour les Wallabies. Nous ne pouvons pas continuer à fonctionner comme nous le faisons actuellement. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les Australiens restent sur deux défaites d'affilée en Championship, ainsi que 19 ans sans avoir remporté la Bledisloe Cup, trophée qui les oppose à leurs voisins néo-zélandais. Depuis leur finale lors de la Coupe du monde 2015, les Wallabies sont passés du deuxième au septième rang mondial. Une contre-performance qui pousse les instances australiennes à envisager des changements radicaux. lire aussi Le calendrier et les résultats du Championship

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles