Rugby - Bleues - Annick Hayraud, manager des Bleues, veut « franchir ce cap » contre l'Angleterre

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

La manager de l'équipe de France, Annick Hayraud, espère que ses joueuses mettront un terme à la série de cinq défaites consécutives contre l'Angleterre, ce samedi (14h15) à Grenoble. « Comment avez-vous vécu les quinze derniers jours, avec le report du match contre l'Irlande en raison de cas de Covid dans votre groupe, puis l'annulation de cette rencontre ?
On a construit notre bulle, ce n'était pas forcément le meilleur des moments, mais si on voulait se donner le maximum de chance de jouer le match de samedi contre l'Angleterre, il fallait passer par là. On a organisé des entraînements par petits groupes, on prenait les repas chacune dans nos chambres. Et à partir de lundi, on a pu enfin retrouver notre collectif. Ç'a été un moment apprécié. Avez-vous, dans ces conditions, réussi à digérer le match nul contre l'Écosse ?
On s'était vu le lendemain du match, on avait pas mal débriefé, on a organisé des visios. Mais il fallait absolument à partir du lundi qu'on bascule sur l'Angleterre. Maintenant, on ne revient plus sur l'Écosse et on ne parle que de l'objectif de l'Angleterre. « Malheureusement, il n'y aura pas les 20 000 personnes pour nous aider. » Vous allez revenir au stade des Alpes, où vous avez battu la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre en 2018...
Dès qu'on a su qu'on revenait à Grenoble, on était enchantées de ce choix. Malheureusement, il n'y aura pas les 20 000 personnes pour nous aider. On se contentera d'avoir des bons souvenirs dans la tête. Vous restez sur cinq défaites de suite contre l'Angleterre...
Bien sûr, ça fait long, on ne peut pas dire qu'on n'est pas touchées par rapport à ça. Mais même s'il s'agit de défaites, à chaque fois qu'on rencontre les Anglaises, on en sort plus fortes, on apprend. Dans ce type de match, c'est le détail qui fait la différence. On travaille dur, il y a un groupe qui a envie, mais il est jeune et apprend. L'objectif est de les battre le plus souvent possible, on doit franchir ce cap. J'espère que ce sera le cas samedi, tout le monde travaille dans ce sens. » lire aussi Compo : neuf changements pour affronter l'Angleterre