Rugby - Bleus - Anthony Jelonch (troisième-ligne des Bleus) : « On a redressé la barre en deuxième période » face à l'Argentine

·2 min de lecture

Après la victoire contre l'Argentine (29-20), Anthony Jelonch et les Bleus soulignaient la bonne réaction qui a suivi une première période compliquée. Anthony Jelonch, troisième ligne du XV de France, après la victoire contre l'Argentine : « Ça a été un match très âpre, avec beaucoup de combat. On a été battus dans les rucks et les contacts en première période, on a redressé la barre en deuxième période. On a fait preuve de courage, on n'a pas trop encaissé de points en première période, on a été courageux en défense, c'est positif. lire aussi Les notes de France-Argentine : Flamant enthousiasmant, Ntamack frustré On n'a pas trop réussi à lancer notre jeu, mais on a fait une bonne deuxième période et c'est encourageant pour la suite. Ça a pas mal chambré en première période, mais on ne s'est pas échappé, c'étaient des petits accrochages entre piliers, c'était pas bien méchant. Le poste de huit ? Je le connais, j'y avais déjà joué en Australie, il n'y a pas trop de différences avec le poste de troisième-ligne aile, j'ai plus porté le ballon, j'aime participer au jeu donc c'était top. » Gabin Villière, ailier du XV de France « On connaît les Argentins, on savait qu'ils allaient être agressifs » Gabin Villière, ailier du XV de France : « Sur la première période, on a été un peu bousculés, on est un peu tombé dans leur jeu, ça parlait pas mal. On s'est concentré sur nous-mêmes et ça a payé en deuxième période. On connaît les Argentins, on savait qu'ils allaient être agressifs, verbalement aussi. Il fallait se concentrer sur notre jeu, et on a pu trouver des ouvertures. Ils montaient fort, ils bataillaient dans les rucks, on n'a pas trop pu développer notre jeu. On a su rectifier le tir en deuxième période en scorant. À l'aile, il n'y avait pas beaucoup de ballons, donc il fallait aller aider les avants, se mettre au service de l'équipe et c'est ce que j'ai essayé de faire. Ça ne sert à rien de rester cloîtré sur une aile, il fallait aller un peu plus dans le coeur du jeu. Le retour du public ? Oui, ça a beaucoup compté, quand on voit du monde en tribunes et de l'enthousiasme, cette Marseillaise... C'était très intense. Ça nous avait vraiment manqué, on se sentait vraiment épaulé. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles