Rugby - Bleus - Antoine Dupont (capitaine des Bleus avant le match face à la Géorgie) : « C'est à toute l'équipe de redoubler d'efforts »

·3 min de lecture

À la veille du match contre la Géorgie, dimanche à Bordeaux (14h00), le capitaine des Bleus Antoine Dupont a prévenu contre toute forme de relâchement. Il espère un match plus abouti que face aux Pumas, notamment pour mettre dans de meilleures conditions l'association Matthieu Jalibert et Romain Ntamack. « Comment abordez-vous ce match avec la Géorgie ?
On sait qu'au niveau international, on ne peut pas se permettre de prendre un match à la légère. Cette équipe de Géorgie, contre l'Écosse ou l'Afrique du Sud récemment, ça a été serré pendant 50-60 minutes. On sait que jouer contre la France, c'est un match spécial pour eux. On sait le sort qu'ils vont nous réserver et on a toutes les raisons d'être concentrés sur ce match-là. Comme face à l'Argentine samedi dernier, vous allez retrouver des visages bien connus du Top 14...
Ça ne change pas grand-chose si ce n'est qu'on connaît un peu plus les adversaires individuellement car on les rencontre en Championnat. Mais encore une fois, pour eux, c'est un match spécial, la moitié joue en France et l'autre moitié a sûrement l'ambition d'y jouer un jour. Comment le collectif peut aider à mettre Matthieu Jalibert et Romain Ntamack dans les meilleures conditions dans cette association 10-12 ?
C'est vrai que l'association a fait beaucoup parler après le match contre l'Argentine. Je pense que c'est notre ligne de trois-quarts qui a eu du mal à se mettre en valeur avec des Argentins très présents physiquement. Le contexte n'était pas favorable pour produire un bon rugby, avoir des bons ballons et de l'avancée. C'est à toute l'équipe de redoubler d'efforts, d'être plus précis et rigoureux sur les phases de collision pour que les trois-quarts puissent s'exprimer. J'espère que Matthieu et Romain auront des bons ballons à jouer demain (dimanche) et après, ils savent faire. L'exploit de l'Irlande face aux Blacks ? « Ça montre que c'est possible » Est-ce que vous avez changé des choses dans votre rôle de capitaine cette semaine ?
Je vais apprendre toutes les semaines. Ça s'est fait aussi naturellement que la semaine dernière. Tout le monde a switché sur ce match, il n'y a quasiment pas eu besoin de rappeler l'effort et la vigilance qu'il fallait avoir face à la Géorgie. On sait l'intensité physique qu'ils peuvent mettre et on a vite basculé dans la préparation et tout s'est fait naturellement. Vous avez l'habitude de jouer les matches dans leur intégralité. Est-ce que vous vous préparez à ça ?
On s'entraîne pour pouvoir enchaîner les matches et les jouer en entier. Il y a deux ans, je me plaignais... (il se reprend) Je ne jouais pas assez donc je ne vais pas me plaindre de trop jouer. La concurrence, comme à tous les postes, est saine, il y a de l'émulation. Et on a pu voir à d'autres postes que quand les titulaires sont absents, les joueurs présents étaient aussi bons voire meilleurs. Cela a pu rebattre des cartes et je pense que c'est ce qui a fait notre force ces deux dernières saisons. Est-ce que vous avez regardé la victoire de l'Irlande contre la Nouvelle-Zélande (le match s'est terminé 30 minutes plus tôt) ?
Oui, bien sûr. Les Irlandais ont fait un match exemplaire, ils ont maintenu les Blacks sous pression pendant la quasi-totalité du match. Avec des miettes, on a vu que les Néo-Zélandais ont pu s'accrocher au score et ils auraient pu gagner sur la fin. On sait l'exploit que c'est de les battre mais ça montre que c'est possible (les Bleus affrontent la Nouvelle-Zélande samedi prochain au Stade de France). »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles