Rugby - Bleus - Baptiste Serin (équipe de France) : « Du plaisir à se retrouver »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Le demi de mêlée toulonnais Baptiste Serin constate que les internationaux, réunis à Marcoussis depuis dimanche, n'ont rien perdu de leur bonne humeur, à quatre jours du match de préparation contre le pays de Galles à Saint-Denis (21h10), coup d'envoi d'une nouvelle saison. « Baptiste Serin, que gardez-vous de votre victoire (23-27 lors de la troisième journée du Tournoi 2020) au pays de Galles ?
Nous étions conscients de notre potentiel. C'était le premier gros test de notre équipe en déplacement. Nous sortions d'une rencontre compliquée, du moins pas aboutie (35-22 contre l'Italie). Le pays de Galles, c'était un bon match de construction pour notre groupe, qui nous a prouvé qu'on avait le rythme et la capacité pour gagner contre ces nations majeures. Comment se sont déroulées les retrouvailles à Marcoussis ?
On s'est aperçu rapidement que personne n'avait rien perdu, au niveau du « chambrage ». Il y a des sourires, du plaisir de se retrouver. Ça déconne beaucoup. Dans la continuité du dernier Tournoi. Nous sommes contents d'être ici et de porter le maillot ensemble. Comment vivez-vous le fait d'être ballotté entre votre club et l'équipe de France, sans avoir votre mot à dire ?
On avait le cul entre deux chaises, c'est vrai, je l'ai dit. On attendait des décisions politiques dont les joueurs n'ont pas à se mêler. Pour être un peu simpliste, l'important, c'est d'avoir au moins vingt-trois joueurs... Plus sérieusement, nous avons des objectifs très élevés sur les deux matches qui nous attendent. Parler entre nous de tout autre chose est une perte de temps. lire aussi Les résultats et le classement provisoire du Tournoi 2020 Justement, quels sont ces objectifs ?
On ne les a pas vraiment évoqués dans le détail pour l'instant mais, je vais quand même vous en parler : on a un match à gagner pour potentiellement remporter le Tournoi, tout en tenant compte du résultat de l'Angleterre en Italie (31 octobre). Nous avons envie de nous placer dans les meilleures dispositions, et cette préparation passe par ce match contre le pays de Galles, surtout si nous voulons ensuite passer une semaine plus tranquille dans notre tête dans la perspective d'affronter l'Irlande. « J'ai un poste de prédilection, même si je peux dépanner de temps en temps (à l'ouverture) » Huit mois loin de l'équipe de France, ça entraîne une importante perte d'automatismes, de repères ?
Non. Nous avons laissé un socle et bâti une confiance sur le peu de matches joués au début de l'année. Même si la dernière rencontre n'est pas aboutie (défaite 28-17 en Écosse). Il y a beaucoup de confiance, dans ce groupe. Il est plutôt jeune, mais sûr de ses forces. En ce moment, nous analysons à la vidéo les petits détails. Nous sommes très peu allés sur le terrain. On regarde les aspects techniques de nos postes par rapport au plan de jeu. Depuis deux jours, nous effectuons un travail mental pour retrouver le projet et mettre les nouveaux venus dans notre système, afin que tout se passe bien. lire aussi Bleus : Romain Ntamack, et qui derrière ? Allez-vous, comme à Toulon, être testé à l'ouverture, ici, à Marcoussis ?
Non (sourire). Non, pas encore. On a entraînement demain (mercredi), on verra... Je laisse planer le doute (rires). Mais j'ai un poste de prédilection, même si je peux dépanner de temps en temps. La rencontre contre Galles n'est pas un match du Tournoi, c'est un match de préparation. N'y a-t-il pas le risque de ne pas s'y engager à fond pour éviter la blessure ?
Ce n'est pas si particulier que ça : ça reste un test-match international. En club, nous avons aussi des matches amicaux en début de saison, qui nous permettent de nous préparer. Là, avec ce groupe, on se retrouve et on travaille bien à Marcoussis mais la vérité, ce sera samedi. Bien sûr qu'on va penser à l'Irlande, forcément, puisque ce match contre les Gallois s'inscrit dans une perspective, mais on va surtout prendre plaisir à le jouer, pour savoir si on a monté un curseur, et comment se positionner. »