Rugby - Bleus - Avec les Bleus, Gaël Fickou a déjà vécu plusieurs vies

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Depuis l'arrivée de Fabien Galthié à la tête des Bleus, Gaël Fickou alterne entre le centre et l'aile, qu'il occupera samedi face à l'Irlande. Joueur le plus capé du groupe actuel (56 sélections à 26 ans), il est habitué à ces variations de postes et de statuts en bleu. Avec Philippe Saint-André, pas le premier choix En chiffres : 15 sélections, 5 comme titulaire C'est sous le mandat de PSA que Gaël Fickou a fait ses débuts en bleu, le 16 mars 2013, avec une entrée contre l'Écosse au Stade de France (victoire 23-16). Un an plus tard, toujours dans le Tournoi, difficile d'oublier cet essai décisif face à l'Angleterre en fin de match (26-24). Mais le très jeune joueur d'alors n'en a pourtant pas profité pour s'installer en équipe de France. Bastareaud, Fofana et autres Dumoulin lui sont préférés au centre. S'il fait régulièrement partie du groupe, il fait par exemple le voyage en Nouvelle-Zélande en 2013 sans jouer un des trois tests et se contentera d'une titularisation en Australie un an plus tard. Dumoulin blessé, il a sa chance sur la fin du Tournoi 2015, avec notamment ce match fou à Twickenham (55-35). Lors de la Coupe du monde 2015, il est remplaçant face à l'Italie, titulaire contre la Roumanie puis il disparaît des feuilles de match. lire aussi Le XV de départ des Bleus contre l'Irlande Avec Guy Novès, oui mais... oui En chiffres : 17 sélections, dont 12 comme titulaire En 2016, première année du mandat de Guy Novès, qui connaît bien le joueur pour l'avoir entraîné à Toulouse, Gaël Fickou alterne entre titulaire et remplaçant, mais toujours au centre. Titulaire pour le premier match de Novès face à l'Italie (23-21), il est hors des 23 la semaine suivante contre l'Irlande, absent pour des raisons personnelles, puis remplaçant au pays de Galles. lire aussi Le calendrier et le classement du Tournoi des Six Nations En novembre 2016, Novès associe Lamerat et Fofana au centre puis la grave blessure de ce dernier permet à Fickou de revenir dans l'équipe pour le Tournoi. Il enchaîne les trois tests en Afrique du Sud en juin avant de manquer la (fatidique) tournée de novembre 2017 sur blessure. « Le poste de centre est sans doute, avec la troisième ligne, celui où il y a le plus de concurrence. Fofana, Lamerat, Mermoz, Bastareaud, Dumoulin, Danty, Rey, David, Fritz... Ça fait du monde ! expliquait le joueur dans nos colonnes en janvier 2017 quand il lui était demandé comment il vivait ces va-et-vient en Bleu. Guy Novès est juste, et fait jouer les meilleurs. Je ne suis pas du genre à me plaindre et aller parler pour comprendre. Je ne demande jamais d'explications aux coaches. » Avec Brunel, longtemps un couteau suisse En chiffres : 19 sélections, dont 14 comme titulaire Du Tournoi 2018 à la Coupe du monde 2019, Jacques Brunel a lui aussi toujours fait appel à Gaël Fickou. Mais on distingue assez facilement deux périodes différentes : de février 2018 à février 2019, le joueur, qui ne faisait pas partie de la toute première liste de Brunel, est ballotté entre le centre et l'aile, entre le quinze de départ et le banc des remplaçants, où il couvre plusieurs postes. lire aussi Demba Bamba, un Bleu made in Saint-Denis Dans les premiers mois de son mandat, Brunel fait confiance à Bastareaud, Doumayrou puis Fofana et Romain Ntamack entrent en jeu et Fickou bouche un peu les trous. Titulaire au centre pendant le Tournoi 2019 pour les matches contre l'Écosse et l'Irlande, il se retrouve encore une fois hors des 23 pour la dernière journée en Italie où Brunel tente une association Fofana-Bastareaud, qui deviendra Doumayrou-Bastareaud après un forfait de dernière minute. À partir de la préparation de la Coupe du monde 2019, où un certain Fabien Galthié entre dans le staff de Brunel, Fickou est installé au centre, et pour de bon. C'est à ce poste qu'il enchaîne les matches au Japon, associé à Virimi Vakatawa. lire aussi Avant l'Irlande, le XV de France se méfie des compliments Avec Galthié, un titulaire mais... En chiffres : 5 sélections, dont 5 comme titulaire Dans la foulée de la Coupe du monde, le nouveau sélectionneur Fabien Galthié aligne systématiquement au coup d'envoi Gaël Fickou, loué notamment par le nouveau coach de la défense Shaun Edwards pour son rôle dans ce secteur. Mais voilà, quand les blessures touchent les ailiers, un poste où le réservoir n'est pas bien profond, le Parisien est décalé sur l'aile. Ce fut le cas pour les matches au pays de Galles et en Écosse dans la première partie du Tournoi 2020. lire aussi Comment Antoine Dupont est devenu un as de l'anticipation Une option reconduite samedi soir face à l'Irlande, où Fickou suppléera Teddy Thomas tandis qu'Arthur Vincent entre au centre. Une drôle de situation que le joueur assurait bien vivre en début de semaine : « Si je dois jouer à l'aile, j'irai sans soucis. » Il faut dire qu'il est habitué maintenant.