Rugby - Bleus - Coronavirus - Fabien Galthié, droit dans ses bottes à propos de la bulle sanitaire

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le sélectionneur des Bleus est revenu ce jeudi sur l'épidémie de Covid qui a frappé le quinze de France, sans émettre le moindre regret ou reconnaître la moindre faute. De retour face aux médias, ce jeudi, après vingt-cinq jours de lourd silence, Fabien Galthié a évidemment été bombardé de questions sur ce fichu Covid qu'il a lui-même contracté, et sa possible responsabilité dans la perméabilité de la bulle sanitaire mise en place autour des Bleus. lire aussi Galthié explique la composition du XV de France face à l'Angleterre Il s'y attendait, bien sûr, et a souvent donné l'impression de réciter une leçon bien apprise, allant même jusqu'à répéter trois fois, en réponse à des questions différentes, que « le protocole sanitaire (nous) protège bien, voire très bien, mais que le risque zéro n'existe pas ». Pas de mea culpa, donc, ni même une once de regret. Fabien Galthié « Toutes nos actions ont été menées dans le respect total du protocole sanitaire » Le sélectionneur s'est tranquillement retranché derrière le rapport de l'enquête interne lancée par FFR et validé par le ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports. Il disait notamment que le patient zéro était un membre de France 7 et que joueurs et membres du staff n'auraient pas enfreint le protocole en vigueur, disculpant ainsi totalement Galthié. Du velours pour ce dernier. Sa sortie pour aller voir jouer son fils au Stade Français ? Balayée en une phrase : « Toutes nos actions ont été menées dans le respect total du protocole sanitaire. » lire aussi Ceinture, bretelles et pantalonnade Aucune incartade avouée, donc. Et ses relations avec ses joueurs et ses adjoints seraient toujours au beau fixe. « À la reprise, on a reparlé entre nous de l'épisode Covid et des conclusions du rapport, dit-il. On a eu la chance d'avoir le professeur Éric Caumes (infectiologue à la Pitié-Salpêtrière et membre de la commission médicale de la FFR) qui est venu nous expliquer comment tout ça est arrivé. Derrière, nous avons basculé très vite sur le rugby. Les critiques ? L'équipe de France est très populaire, très exposée. Il faut accepter ce qui se dit sur nous, autant les critiques très positives depuis deux ans que les autres. Ça fait partie de notre rôle, mais ça ne doit pas nous détourner de notre chemin. » lire aussi Podcast : retrouver le mojo après le cluster Ibanez : «Faites nous confiance pour bien manager ce groupe»

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.