Rugby - Bleus - Fabien Galthié (sélectionneur du Quinze de France) : « On prend des risques »

·3 min de lecture

Le sélectionneur de l'équipe de France a procédé à cinq changements pour affronter la Géorgie (dimanche, 14h à Bordeaux) par rapport à l'équipe qui a battu l'Argentine samedi dernier (29-20). Fabien Galthié explique ses choix comme celui de titulariser Cameron Woki en deuxième ligne. La titularisation de Uini Atonio au poste de pilier droit Fabien Galthié :« Il était convoqué, mais il s'est blessé en club. Il a finalement rejoué et il est avec nous. Au poste de pilier droit, il est titulaire indiscutable à la Rochelle et contribue grandement à leurs bons résultats. Il a de l'expérience avec plus de 30 sélections (37). Il a été touché par les blessures, mais depuis deux saisons, il monte à nouveau en puissance. Il s'impose au poste de pilier droit. » La titularisation de Woki en deuxième ligne « Il y a toujours une part de risque ou de danger. Il faut prendre des risques, allé au bout de nos intuitions. On est là pour assumer. Il (Cameron Woki) a un profil hybride qui lui permet par sa densité de jouer à ce poste (il évolue en troisième ligne habituellement). Il a fait les entraînements à haute intensité, il supporte la charge de la position. Donc on continue à le mettre dans cette position et nous avons Flament sur le banc, on compte sur son entrée à ce poste. » lire aussi La composition du XV de France face à la Géorgie Fabien Galthié « On se souvient aussi de l'épisode Melvyn Jaminet en Australie. Après le premier test, vous demandiez sa tête, ça fait partie du jeu. On décide et on tranche. Il nous l'a bien rendu. C'est pareil Jalibert et Ntamack. La reconduction de la paire Jalibert-Ntamack « Ce n'est pas une question d'évidence. C'est une décision. Là encore, il y a de l'intuition, du risque, du ressenti. Nous avons une organisation à construire. Ils ont joué 50 minutes ensemble et comme cela a été évoqué, il y a un sentiment d'inachevé. On redémarre avec une semaine de plus de travail, d'analyse, de vécu. On doit être plus performants sur cet axe et cette association. On se souvient aussi de l'épisode Melvyn Jaminet en Australie. Après le premier test, vous demandiez sa tête, ça fait partie du jeu. On décide et on tranche. Il nous l'a bien rendu. C'est pareil Jalibert et Ntamack. Les deux joueurs comptent dans notre histoire, cette combinaison à 100 % de victoire. On essaie de progresser. À ce niveau, les joueurs doivent être solides. On le partage entre nous, il faut continuer à avancer. Il y a des points d'amélioration dans notre performance. Ntamack doit s'améliorer dans son jeu, dans sa communication avec Jalibert. Mais ce ne sont pas deux joueurs qui vont transformer le jeu de l'équipe. » La titularisation de Lebel à l'aile « Lebel est très performant. Vous avez pu constater son état de forme lors des entraînements. On a remis Villière sur pied après sa blessure et il a réalisé une performance de qualité. Mais il a besoin de récupérer. Lebel a gagné sa place, cette première sélection. Nous ne sommes pas dans la gestion. Les titulaires le sont en raison de leur niveau, de leurs compétences et de leur forme du moment. Chaque cape compte. » lire aussi Demba Bamba épanoui à Lyon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles