Rugby - Bleus - Fabien Galthié, sélectionneur de l'équipe de France, commente ses choix pour l'Écosse

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Le sélectionneur des Bleus est revenu ce vendredi midi sur les particularités notables de la composition de l'équipe appelée à défier l'Écosse, dimanche (16h00) à Edimbourg. La promotion des finisseurs d'entrée « C'était aussi notre choix avant d'affronter les Fidji la semaine dernière. L'équipe prévue était aussi composée de cette première-ligne (Gros-Chat-Bamba), de Romain (Taofifenua en deuxième-ligne) et de Thomas (Ramos) à l'arrière. Depuis le début de notre aventure, c'est-à-dire le 2 février face à l'Angleterre, on a fonctionné avec ces joueurs en tant que finisseurs, ils ont eu à chaque match à répondre à des situations toujours différentes, à des situations d'urgence. La définition d'un finisseur, c'est n'importe qui, n'importe quand, n'importe où. C'est quelque chose qui nous a aidés à performer. Aujourd'hui, ils méritent largement de débuter. Dans l'émulation qui porte notre équipe, ils ont leur place en tant que titulaires sur la feuille de match. Ils sont prêts et ont beaucoup d'envie. » lire aussi Huit changements chez les Bleus pour affronter l'Écosse La concurrence au sein du groupe « On ne parle pas de concurrence chez nous, on parle d'émulation, de développement, de croissance. Les finisseurs sont en permanence dans notre cadre de vie, ils apportent énormément au groupe, que ce soit sur le terrain, dans la salle de muscu ou au quotidien. En fait, aujourd'hui, ils deviennent titulaires et ceux qui étaient titulaires deviennent finisseurs. On a besoin aussi de modifier notre composition, de donner du mouvement, d'aérer cette équipe. On a besoin d'équilibrer aussi, puisque vous connaissez le principe des trois feuilles de match (maximum par international sur cette période). On a besoin de leur donner plus de présence sur le terrain dans un rôle différent. Le rôle inconfortable qui est celui de finisseur va être gérer par d'autres. Débuter un match, c'est aussi quelque chose de particulier, et ils sont prêts à le faire. Tout ça nous aide à grandir, à densifier les joueurs, c'est très cohérent par rapport à notre vie au quotidien. » lire aussi Le patient Camille Chat La titularisation de Jalibert « Il n'y a pas eu d'hésitation. Pour en avoir discuté aussi avec lui, son souhait était de devenir titulaire. Dans cet objectif de développement collectif, c'est son temps aujourd'hui. Son altercation à la fin du match à Castres le week-end passé (il avait chambré l'adversaire) ? Ce qu'on a aimé, par rapport à ça, c'est la réaction de ses partenaires, notamment de Charles (Ollivon, le capitaine). Ils se sont sentis concernés par cette histoire. C'est la preuve d'une grande maturité, d'une grande responsabilité. Nous sommes - joueurs et staff - exposés, nous l'assumons. Nous avons aussi parfois le droit à des fragilités, des faiblesses, mais nous essayons d'apprendre de nos aventures et de nos erreurs. C'est un sujet qui a été traité par l'ensemble de l'équipe. »

Ramos, buteur face à l'Écosse « Nous avons décidé que le buteur serait Thomas Ramos, ce qui permettra à Matthieu (Jalibert) de se concentrer sur son rôle de joueur clé et charnière sur un plan offensif comme défensif. Ce qui est aussi intéressant, c'est le travail qu'on a accompli avec ces deux joueurs avec comme base le match en Écosse. Un travail qui nous a permis de constater qu'on devrait accentuer l'apprentissage de la connexion entre le demi de mêlée et ces deux joueurs (le 10 et le 15). » Dupont installé comme superstar « Je n'aime pas trop le mot "installé". En équipe de France, personne n'est installé. Ce qui nous fait plaisir, c'est qu'il y a des joueurs qui émergent et dont on parle de manière très positive. Des joueurs qui inspirent dans le groupe mais aussi à l'extérieur. Et Antoine Dupont fait partie de ces figures-là. lire aussi Dupont fait l'admiration de ses aînés étrangers Nous sommes très heureux d'avoir des figures qui émergent. Mais évidemment, c'est lié à des résultats. Donc, on comprend que la conséquence du résultat, c'est la reconnaissance. Tout cela nous conforte dans notre finalité qui est de redevenir une grande nation du rugby mondial, de gagner des matches et des titres, vite. »