Rugby - Bleus - Fabien Galthié (sélectionneur du quinze de France) : La gestion des remplaçants ? « Nous assumons totalement »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Après les débats sur son coaching en Angleterre samedi dernier, le sélectionneur Fabien Galthié est resté évasif sur le sujet, comprenant néanmoins certaines frustrations, notamment celle de Baptiste Serin. Interrogé sur le sujet jeudi en marge de l'annonce de sa composition d'équipe pour affronter le pays de Galles samedi soir (21h00), Fabien Galthié est revenu (rapidement) sur la gestion de son banc samedi dernier à Twickenham, où il avait coaché tardivement voire pas du tout en ce qui concerne Anthony Jelonch, Baptiste Serin et Romain Ntamack. lire aussi Galthié, un coaching qui interpelle « La réalité, c'est qu'à quatre minutes de la fin, nous étions devant au score, nous avions quatre points d'avance chez les Anglais, a-t-il expliqué avant d'éluder. La réalité, c'est aussi que notre équipe a 25 ans et 21 sélections de moyenne. Elle développe son expérience collective, son apprentissage, sa maturité. Et le contenu de ses matches... Vous pointez la fin du match mais ce qui est intéressant c'est de regarder le match dans son ensemble. Dans le match dans son intégralité, il y a des moments où on peut mieux exploiter le scénario, où on peut creuser l'écart. Il y a des situations où on peut marquer des points sur lesquelles nous travaillons pour être plus efficace. On ne traite pas uniquement la fin de match et ces quatre minutes qui restent à jouer et où on mène mais aussi tout ce qui se passe avant. » C'est pourtant durant ces quatre fameuses minutes que l'équipe de France a perdu en Angleterre (23-20), confirmant d'ailleurs ses difficultés récurrentes en fin de rencontre. lire aussi Les Bleus ont du mal sur la fin Fabien Galthié « Nos semaines ne se limitent pas à une composition d'équipe »
Relancé sur le cas du demi de mêlée Baptiste Serin, qui n'est pas sorti du banc en Irlande et en Angleterre, le sélectionneur l'a assuré : « Bien sûr que nous échangeons avec les joueurs pour avoir leurs retours. C'est important qu'ils nous partagent cela et qu'on leur partage notre façon de réfléchir, la manière dont on construit l'équipe, dont on vit le match et dont on prend des décisions que nous assumons totalement. Concernant Baptiste (Serin), nous partageons évidemment son ressenti et ses émotions qui peuvent être désagréables. Pour Baptiste mais aussi pour d'autres comme ceux qui ne sont pas dans les 31, qui sont totalement intégrés au projet mais n'ont pas la chance de participer à la compétition. » Et Fabien Galthié de digresser : « Ce qui est important de partager, c'est que les 31 joueurs qui sont avec nous, ou les 42, ils se développent et grandissent avec nos semaines d'entraînement. Nous avons trois-quatre sessions d'entraînement très intenses, à 135-140 mètres par minute. Un match comme l'Angleterre, c'est 120 mètres par minute... Donc les joueurs développent des expériences individuelles sur des tempos très élevés mais aussi de l'expérience collective. Nous les préparons à être immédiatement performants avec notre équipe. C'est un projet à 80-90 joueurs, mais nos semaines passées ensemble ne se limitent pas à une composition d'équipe qui est annoncée aujourd'hui (jeudi), elles sont structurantes et développantes pour le joueur, à la fois sur le rugby mais aussi l'approche psychologique. »