Rugby - Bleus - Gaël Fickou (Racing) au sujet du capitanat des Bleus en novembre : « Ils savent qu'ils peuvent compter sur moi »

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En l'absence de Charles Ollivon, le centre du Racing Gaël Fickou fait partie des possibles capitaines du XV de France pour la tournée de novembre. Dans notre édition du jour, nous avons passé en revue les cinq « candidats » au capitanat de l'équipe de France pour les trois tests de novembre, contre l'Argentine, la Géorgie et la Nouvelle-Zélande. L'habituel préposé à la fonction étant sur la touche - Charles Ollivon s'est fait opérer des ligaments d'un genou et ne devrait pas revenir avant janvier -, Grégory Alldritt, Antoine Dupont, Gaël Fickou, Julien Marchand et Anthony Jelonch sont tous des recours possibles, étant entendu que l'enchaînement des trois tests en trois semaines pourrait donner lieu à un capitanat tournant. lire aussi Cinq candidats au capitanat Joueur le plus capé de ce groupe (27 ans, 63 sélections), Gaël Fickou semble d'autant plus habilité qu'il était prévu de lui confier ce rôle pour la dernière tournée estivale en Australie. Une blessure à l'épaule en demi-finales du Top 14 avec le Racing avait rendu cette idée caduque et abouti à la promotion (réussie) d'Anthony Jelonch. Gaël Fickou « Un bon capitaine doit [...] être capable de faire la liaison entre les jeunes et les anciens, les travailleurs et ceux qui peuvent s'endormir sur leurs lauriers. » Ce jeudi, le trois-quarts centre n'a pas éludé le sujet à la fin de la conférence de presse dans son club, à deux jours de Toulon-Racing. « On évolue, on grandit. Quand on m'a proposé ici d'épauler Henry (Chavancy) pour le capitanat, je me suis dit que j'avais vingt-sept ans et qu'il était temps de prendre des responsabilités. En équipe de France, j'épaulais aussi Charles (Ollivon), je parlais au groupe. D'autres sont aussi dans ce cas. » lire aussi 42 joueurs à disposition du quinze de France À la question de savoir s'il se sentait prêt pour ce genre de fonction en sélection, Fickou a d'abord précisé « que le rassemblement, c'est dans deux semaines, on verra ». Avant d'ajouter : « Ils (le staff des Bleus) savent qu'ils peuvent compter sur moi. » Et de dresser le portrait du bon capitaine, selon lui : « Un bon capitaine doit penser à l'équipe avant de penser à lui. Montrer l'exemple. Motiver les gars. Il doit être capable de faire la liaison entre les jeunes et les anciens, les travailleurs et ceux qui peuvent s'endormir sur leurs lauriers. J'ai conscience que ça prend beaucoup d'énergie. » Lundi prochain, le staff de l'équipe de France doit publier la liste des 42 sélectionnés pour la tournée. Peut-être en profitera-t-il pour dévoiler le nom du capitaine.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles