Rugby - Bleus - Laurent Labit, avant France-Écosse : « Hors de question d'attaquer n'importe comment »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'entraîneur de l'attaque française Laurent Labit attend de ses joueurs qu'ils soient patients, vendredi soir face à l'Écosse, malgré la nécessité d'inscrire quatre essais et de l'emporter avec 21 points d'écart pour remporter le Tournoi. « Il est hors de question de jouer et d'attaquer n'importe comment. » Laurent Labit, entraîneur adjoint en charge de l'attaque des Bleus, appelle ses joueurs à « construire (leur) match patiemment » face à l'Écosse, vendredi soir, en clôture du Tournoi. Le contrat pour les Bleus est simple sur le papier - gagner avec le bonus offensif (quatre essais au moins) et par un écart d'au moins 21 points - mais il est relevé face à un adversaire qui présente la meilleure défense de ce Tournoi. lire aussi 80 minutes pour mettre le feu « On sait ce qu'on a à faire pour gagner le Tournoi mais on sait surtout que c'est un match international, a déclaré Labit, mardi, en conférence de presse. Il y a un process, une façon de construire notre match patiemment. Il ne faut se précipiter, ne pas surjouer. La priorité, c'est d'aller chercher la victoire face à la meilleure défense du Tournoi. C'est quelque chose de pas simple qui nous attend. » Laurent Labit « Il faut éviter de surjouer, surtout face à cette équipe qui est capable d'exceller sur les ballons de récupération Interrogé sur ce jeu de dépossession cher à Fabien Galthié (forte utilisation du jeu au pied pour mettre l'adversaire sous pression) et sa compatibilité avec la nécessité de marquer beaucoup de points, Labit a assuré que les Bleus « resteraient sur (leurs) principes ». « Il est hors de question de jouer et d'attaquer n'importe comment. Il faut faire les choses dans l'ordre. On parle beaucoup de la dépossession mais on n'a jamais demandé à nos joueurs de se débarrasser en priorité du ballon et d'attendre pour jouer. Le jeu au pied fait partie du jeu international et il faut savoir l'utiliser face à un rideau de 14 défenseurs. » lire aussi Pierre Mignoni : « l faudra forcément un grain de folie » « Il faut éviter de surjouer, surtout face à cette équipe qui est capable d'exceller sur les ballons de récupération. Il ne faut pas perdre le ballon dans notre camp », a-t-il ajouté.