Rugby - Bleus - Revue de presse : Haouas a « Zidané » les espoirs de Grand Chelem des Bleus

L'Equipe.fr
L’Equipe

La presse écossaise est largement revenue lundi sur le coup de poing de Mohamed Haouas au visage de Jamie Ritchie, qui a valu un carton rouge au pilier droit des Bleus, dimanche, lors de la défaite de l'équipe de France à Edimbourg (28-17). L'image, spectaculaire, s'affiche à la une du Scotsman. Le poing de Mohamed Haouas s'écrase sur le nez du troisième-ligne écossais Jamie Ritchie sous ce titre : « Punch du dimanche : l'Écosse donne le coup de grâce à la France ». En page intérieure, le journaliste Aidan Smith tisse le parallèle dans sa chronique entre le coup de poing du pilier montpelliérain et le coup de boule de Zinedine Zidane en finale de la Coupe du monde 2006 contre l'Italie : « Haouas a-t-il « Zidané » le Grand Chelem de son pays, tout comme le coup de boule du grand Zinédine avait laissé son équipe à 10 en finale du Mondial 2006 ? Cela en avait tout l'air lorsque Hastings a percé au milieu du terrain, avant que Gilchrist, Hogg et Sam Johnson passent le ballon jusqu'à l'aile pour l'essai de Sean Maitland » juste avant la mi-temps. Carton rouge pour Haouas Haouas, un rouge qui tache « Lorsque l'ailier a inscrit un doublé peu après la reprise, on s'est demandé si Haouas pensait à rentrer seul à la maison plutôt qu'endurer le silence lugubre du vol retour avec son équipe », poursuit le journaliste, qui qualifie de « stupide » le « crochet » du droit du pilier des Bleus. Le principal intéressé, Jamie Ritchie, préférait en rire : « Je l'ai pris dans la joue mais, heureusement, dans celle en métal », déclare-t-il dans les colonnes du Scotsman, en référence à une plaque qu'il s'est fait poser avant la dernière Coupe du monde. La France chute en Écosse Le Daily Express affiche également la photo du coup de poing mais uniquement dans ses pages intérieures. « Quelques coups ont été échangés dans la « mêlée » (en français dans le texte) et, après un long visionnage des arbitres, Mohamed Haouas a vu rouge ». Les journaux écossais ne font en référence pas mention du premier geste potentiellement répréhensible du numéro 8 écossais Nick Haining.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi