Rugby - Bleus - Vincent Rattez, le grand déclassement

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Titulaire en Bleu cet automne, Vincent Rattez ne figure pas dans la liste des 37 joueurs retenus pour préparer le Tournoi des Six Nations. Un déclassement et une exception due, notamment, à une concurrence accrue. Vincent Rattez (28 ans) est le grand absent de la liste du Quinze de France composée par le sélectionneur Fabien Galthié en vue du prochain Tournoi des Six Nations (6 février - 20 mars). Cette non-sélection peut étonner : Rattez est le seul titulaire du début d'automne à ne pas avoir été retenu. Mais elle trouve aussi plusieurs justifications. Il était un titulaire par défaut Il y a près d'un an, alors que Fabien Galthié prenait ses fonctions de sélectionneur du Quinze de France et que les Bleus s'apprêtaient à affronter l'Angleterre en ouverture du Tournoi au Stade de France, l'ailier clermontois Damian Penaud se blessait au mollet à l'entraînement du capitaine. Ce coup du sort fut une aubaine pour son remplaçant Vincent Rattez. Il se montra même décisif avec un essai planté au Quinze de la Rose dès l'entame et une offrande superbe à Charles Ollivon peu de temps après (24-17). Même s'il se blessa une semaine plus tard contre l'Italie (35-22), cette première sortie réussie laissa une bonne impression au staff des Bleus. Si bien que, lorsqu'il fallut de nouveau trouver une doublure à Penaud pour le début de la fenêtre internationale d'automne, Rattez fut encore choisi pour occuper l'une des deux ailes. Si ses copies rendues contre le pays de Galles (38-21), l'Irlande (35-27) et l'Ecosse (22-15) ont été propres, elles n'ont pas non plus séduit à 100 %, Rattez se rendant coupable de certaines approximations. En cinq capes, il n'a pas réussi à se signaler comme un titulaire évident. lire aussi Calendrier du Tournoi des Six Nations 2021 Il traverse une passe difficile avec Montpellier Depuis la reprise des compétitions professionnelles en septembre dernier, l'ailier international (8 sélections) ne pratique pas le meilleur rugby de sa carrière. Vincent Rattez a profité de l'intersaison, particulièrement longue en 2020, pour changer de club et quitter la côte Atlantique pour la Méditerranée. Mais son passage de La Rochelle, où il a passé quatre saisons (2016-2020), à Montpellier se passe moins facilement qu'espérer. 10 Vincent Rattez a joué dix matches avec son club cette saison, à chaque fois titulaire (pour seulement 2 victoires et 8 défaites) : 3 en position d'ailier et 7 à l'arrière. Le Montpelliérain n'a inscrit qu'un seul essai (contre Toulon). Rattez fait moins de différence, créé moins le danger qu'il ne le faisait avec sa précédente équipe, même s'il faut reconnaître qu'il n'est pas aidé au sein d'une équipe du MHR en plein doute (13e du Top 14, seulement 3 victoires en 12 matches). Avant son licenciement, Xavier Garbajosa hésitait à placer son attaquant à l'aile ou à l'arrière, Rattez alternant souvent entre les deux postes. Depuis sa promotion à la tête des Héraultais, Philippe Saint-André l'a placé en 15 à Lyon (20-24), puis en 14 à Brive (22-23). Il subit l'éclosion de Villière et Taofifenua Mais au-delà de ses performances moins marquantes que par le passé, Vincent Rattez souffre d'une concurrence accrue à son poste en équipe de France. Il y avait déjà Teddy Thomas, incontournable aux yeux du staff tricolore. S'est ajouté Damian Penaud, de retour après une année marquée par les blessures et qui apparaît comme un titulaire en puissance. Par ailleurs, fin 2020, deux autres ailiers se sont révélés. Gabin Villière a été époustouflant lors de ses deux sélections de l'automne, surtout en Angleterre (19-22, a.p.) où son activité débordante a été particulièrement saluée. Le Toulonnais, ancien septiste, a fait des débuts fracassants qui pourraient lui valoir une place de titulaire, pourquoi pas, dès l'entame du Tournoi. L'autre phénomène naissant se trouve dans les Hauts-de-Seine : débarqué au Racing cet été, Donovan Taofifenua réussit une saison canon dans son nouveau club (8 essais en 11 matches). Le cousin de Romain avait déjà été convoqué à Marcoussis fin novembre, sans connaître les honneurs d'une première cape. Mais ses performances à l'Arena ont tapé dans l'oeil du staff des Bleus. C'est ainsi que Rattez se retrouve sur le carreau. Mais il pourrait se voir offrir une nouvelle chance, cet hiver ou plus tard, au gré des blessures et des états de forme. lire aussi La guérison de Montpellier mal enclenchée