Rugby - Bleus - XV de France: des entraîneurs du Top 14 avec les Bleus pour la tournée en Nouvelle-Zélande ?

L'Equipe.fr
L’Equipe
Bernard Laporte, le président de la FFR, n'a pas renoncé à voir des entraîneurs en poste en Top 14 travailler ponctuellement avec le XV de France, notamment pour les trois matches prévus en Nouvelle-Zélande en juin.

Rugby - Bleus - XV de France: des entraîneurs du Top 14 avec les Bleus pour la tournée en Nouvelle-Zélande ?

Bernard Laporte, le président de la FFR, n'a pas renoncé à voir des entraîneurs en poste en Top 14 travailler ponctuellement avec le XV de France, notamment pour les trois matches prévus en Nouvelle-Zélande en juin.

Bernard Laporte, le président de la FFR, n'a pas renoncé à voir des entraîneurs en poste en Top 14 travailler ponctuellement avec le XV de France, notamment pour les trois matches prévus en Nouvelle-Zélande en juin. Quand il avait annoncé le licenciement de Guy Novès et son staff le 27 décembre dernier, Bernard Laporte avait évoqué des collaborations ponctuelles de certains coaches du Top 14 auprès du XV de France. Mais à part Sébastien Bruno, qui a été libéré par Lyon pour intégrer le staff de Jacques Brunel pour le Tournoi des Six Nations, l'idée a fait un flop, la FFR enchaînant les refus. Mais le président de la FFR n'a pas renoncé à cette idée, comme il l'a expliqué sur Rugbyrama en marge de l'annonce du nouveau staff des Bleus. À la question «durant la tournée d'été en Nouvelle-Zélande (en juin, ndlr), peut-on envisager de voir venir Franck Azéma (Clermont), Fabien Galthié (Toulon) ou Ugo Mola (Toulouse) avec le staff du XV de France durant les trois semaines ?» Laporte a répondu ceci: «C'est le sens de notre démarche. Pareil, peut-être pas toute la tournée, mais seulement une partie. A Jacques Brunel de se mettre d'accord avec eux, mais l'idée me plaît (...) Il faut établir cette proximité entre eux. D'ailleurs, vu les retours que j'ai eus, beaucoup veulent collaborer avec nous. La très grande majorité.»Une réunion prévue le 8 janvier En attendant, Laporte espère une collaboration entre staff de l'équipe de France et clubs de Top 14. «L'idée, c'est d'arriver à tisser des liens indéfectibles entre le sélectionneur et les managers pour que les infos circulent : "Ne me prends pas mon pilier gauche, il est encore trop juste. A l'inverse, mon numéro dix frappe à la porte et mérite sa chance". Sachant que le dernier mot reviendra toujours à Jacques Brunel. Mais il est important que les Azéma, Mola, Galthié, Mignoni ou Collazo se sentent investis pour le XV de France.» Une première réunion plénière de la commission de suivi des internationaux aura d'ailleurs lieu lundi et tous ses entraîneurs sont attendus autour de Brunel. «Un premier pas» selon Laporte dans ce rapprochement voulu entre Marcoussis et les clubs.

À lire aussi