Rugby - Bleus - XV de France : des réceptionneurs à protéger face au jeu au pied irlandais

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Affronter l'Irlande, c'est la certitude de gros duels dans le jeu aérien, alimentés par la charnière Murray-Sexton. Un secteur dans lequel les Bleus assurent avoir identifié les problèmes rencontrés face aux Gallois samedi dernier avant les retrouvailles contre le XV du Trèfle au Stade de France, samedi soir. Thomas Ramos fait partie de ceux qui n'ont pas « un très très bon souvenir » de l'Irlande. Doux euphémisme quand on repense à ce match du Tournoi 2019 à Dublin où les Bleus avaient été noyés sous les coups de pied et la domination quasi continue du XV du Trèfle, avec une première période passée à 95 % dans leur camp. Titulaire à l'arrière ce jour-là, le Toulousain avait lui aussi vécu un calvaire, notamment sous les ballons hauts que se plaisaient à distiller le demi de mêlée Conor Murray et l'ouvreur Jonathan Sexton. Une marque de fabrique de l'Irlande, attendue samedi soir au Stade de France en clôture du Tournoi. Depuis 2019, beaucoup de choses ont changé côté français, pas tant que ça en face et les coups de pied devraient encore se multiplier. lire aussi Trois secteurs clés à revoir pour les Bleus avant l'Irlande Faut-il s'en inquiéter alors que les Bleus n'ont pas été performants dans le jeu aérien face aux Gallois samedi dernier ? Avant la réponse de Ramos, Laurent Labit, l'entraîneur de l'attaque, avait donné la tendance du travail de la semaine sur ce secteur bien particulier : « On ne peut pas résumer une erreur sous un ballon haut à l'arrière ou au réceptionneur. Il y a un travail qui doit être fait en amont pour bien escorter, bien préparer le réceptionneur. On a eu des manques à ce niveau-là, les Gallois ont mis de la pression sur nos receveurs. C'est un secteur où il faut qu'on soit efficaces samedi. » Ramos : « Deux-trois détails pour gêner l'adversaire avant qu'il n'arrive sur le réceptionneur » Assis dans l'auditorium de Marcoussis en attendant son passage devant les médias, Ramos a souri quand la question est revenue - « J'ai bien entendu sa réponse... » - avant de revenir sur le rôle important qui lui est dévolu en tant qu'arrière, et dont il sait qu'il sera primordial face aux Irlandais. « Quand on manque un ballon haut, on s'en veut, c'est notre responsabilité, mais comme le disait Laurent (Labit), on a identifié deux-trois détails pour gêner l'adversaire avant qu'il n'arrive sur le réceptionneur, pour le soulager. Aujourd'hui, au haut niveau, les duels aériens sont de très grande qualité. On va jouer une équipe à l'aise dans ce domaine. On a fait un focus en début de semaine sur les améliorations à amener chacun à son poste, pas que les arrières. » Les fameuses escortes dont parlait Laurent Labit, cette façon de libérer le réceptionneur de toute pression en obligeant les sauteurs adverses à ralentir ou dévier leurs courses, sans se mettre à la faute évidemment: c'est là tout un art qu'il faudra réussir à déployer samedi soir pour éviter de passer trop de temps dans son propre camp à la suite de duels aériens perdus. En repensant à 2019, Ramos l'assure aujourd'hui : « On a très bien préparé ce match pour que ce genre de choses n'arrivent plus ». lire aussi Le point sur le Tournoi des Six Nations 2020