Rugby - Challenge - Challenge européen : Héroïque, le Stade Français l'emporte face aux Ospreys

L'Equipe.fr
En infériorité numérique pendant la dernière demi-heure de ce quart de finale, le Stade Français est parvenu à s'imposer devant les Ospreys (21-25) au Millennium Stadium de Cardiff, dimanche. Les Parisiens recevront Bath en demi-finale.

En infériorité numérique pendant la dernière demi-heure de ce quart de finale, le Stade Français est parvenu à s'imposer devant les Ospreys (21-25) au Millennium Stadium de Cardiff, dimanche. Les Parisiens recevront Bath en demi-finale.Le match : 21-25Les Parisiens ont des tripes. Ils ne veulent pas terminer leur saison en queue de poisson en avril. Après l'épisode tragi-comique de leur fausse fusion avec le Racing 92, ils ont su relever la tête. En battant Toulon en Top 14 (17-11) la semaine dernière au forceps mais surtout en s'imposant dans le Millennium Stadim de Cardiff face aux Ospreys (21-25) avec talent et solidarité.D'habitude, lors d'un carton jaune, l'équipe sanctionnée encaisse en moyenne dix points, c'est le tarif. Etonnamment, survoltés par ces deux sanctions à l'encontre de Raisuqe (20e, 52e), les Parisiens ont marqué leurs trois essais alors qu'ils étaient en infériorité numérique. Trois essais signés Zhvania (30e) derrière une mêlée ouverte, Lakafia (54e) sur une passe au pied de Plisson et Arias (59e) après l'interception de Pyle plein champ sur une relance galloise.Le film du matchLa mêlée parisienne (avec les piliers Zhvania et Slimani à droite) a tenu la baraque, et la défense parisienne fut héroïque en infériorité numérique pour bloquer les avancées galloises (53e, 62e, 69e, 72e), que ce soit en bout de ligne ou dans des ballons portés. Les Ospreys trouvaient finalement le chemin de l'espoir et de l'en-but (77e, 21-25) et se jetaient à corps perdu sur la ligne d'avantage, ensuite, pour tenter de l'emporter. Mais les Parisiens, morts de faim et de fatigue, bloquaient toutes les issues. Ils se jetaient sur chaque plaquage comme si leur vie en dépendait dans un stade qui grondait de frustration. Solidaires et exsangues, ils ont fini par l'emporter sur le fil, trois essais à deux, et recevront le club anglais de Bath, vendredi 21 avril (21h) au stade Jean-Bouin en demi-finale.Le joueur : Jules Plisson n'a pas pliéQuand à la 40e, juste avant la pause, l'ouvreur international parisien Jules Plisson loupa l'immanquable, un but de pénalité face aux poteaux, on pouvait craindre que cela ne lui pèse, mentalement. Au contraire, il a réussi une seconde période remarquable, inscrivant un but (44e) longue portée, puis deux transformations (54e, 59e), après avoir servi au pied son troisième-ligne Raphaël Lakafia pour l'essai (54e) qui replaçait les siens en tête. Solide au plaquage, il s'est multiplié pendant les trente minutes durant lesquelles le Stade Français s'est retrouvé en infériorité numérique.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages